LE DIRECT
L'écrivain V.S. Naipaul en 2011

Avez-vous lu V.S. Naipaul ?

1h04
À retrouver dans l'émission

L'écrivain britannique V.S. Naipaul, prix Nobel de littérature en 2001, a disparu le 11 août dernier à l'âge de 85 ans. Retour sur son travail avec trois spécialistes de son oeuvre : Florence Labaune-Demeule, Manuel Carcassonne et Marc Weitzmann. Deuxième partie, le portrait d'Anna Karina.

L'écrivain V.S. Naipaul en 2011
L'écrivain V.S. Naipaul en 2011 Crédits : Barbara Zanon/Getty Images - Getty

PREMIERE PARTIE : Avez-vous lu V.S. Naipaul ?

Avec Florence Labaune-Demeule, professeur de l’Université Lyon III Jean Moulin, spécialiste de littérature anglo-saxonne

Manuel Carcassonne, ancien éditeur de V.S. Naipaul et auteur de l’avant-propos de Jusqu’au bout de la foi aux éditions Grasset collection Les cahiers rouges 

et Marc Weitzmann, écrivain

«Enfant lorsque j’essayais de lire, j’avais le sentiment que deux univers me séparaient des livres qui m’étaient proposés à l’école et dans les bibliothèques : le monde de mon enfance, l’Inde des souvenirs, et le monde plus colonial de la capitale. Ce que je ne savais pas, c’était que ces deux sphères de ténèbres étaient devenues mon sujet. La fiction, en dévidant ses mystères, en ouvrant des issues par ses impasses mêmes, m’avait conduit à mon sujet. Mais elle ne pouvait me mener jusqu’au bout du chemin.»

Ainsi parlait l’écrivain VS Naipaul, prix Nobel de littérature 2001, qui nous a quittés la semaine dernière. Depuis une semaine, un constat s’impose : peu de personnes, parmi les lecteurs français, connaissent les livres et le parcours de cet écrivain né à Trinidad, anobli par la Reine d’Angleterre, auteur de fiction et de non-fiction qu’on a pu qualifier de « polémique », d’« effroyable ».

Naipaul a toujours eu une relation très ambiguë avec le roman, pour lui c'était un genre terminé qui devait-être intégralement réinventé. Et c'est précisément ce que fait Naipaul, il réinvente le genre romanesque au sens étendu du terme en créant ce qu’il appelle 'narrative' c’est à dire le récit. Naipaul c’est avant tout un regard, un point de vu, qui est adapté au réel à travers une forme particulière qui épouse les contours d’une expérience précise et qu’il doit adapter constamment. Parler de la fiction 'Naipaulienne' c’est parler de beaucoup d’approches narratives différentes et extrêmement riches. Florence Labaune-Demeule

L’œuvre de Naipaul nous parle particulièrement aujourd’hui car la question du cosmopolitisme est centrale. Par définition, Naipaul est un écrivain déplacé, qui ne se sent à l’aise nulle part et pourtant parle de partout. Ses livres parlent de l’Afrique, de l’Inde, de l’Islam, des Caraïbes, des sociétés post-coloniales du tiers-monde… C’est un écrivain qui parvient à force de conflits et d’ 'irréconciliations', ce qui lui a valu une vie privée catastrophique et souvent odieuse, à construire une œuvre qui évoque tous les problèmes qui se posent à nous aujourd’hui. Marc Weitzmann

Naipaul traite par le récit du mouvement de la périphérie vers le centre, de la fidélité ou de l’infidélité envers soi. Mais il traite aussi très concrètement de la très grande difficulté qu’il a eu à s’intégrer à une société anglaise dans laquelle il est pourtant né. On voit la difficulté, les larmes, la sueur dont il tirait également sa fierté. Honte et fierté sont chez Naipaul intimement partagées. Manuel Carcassonne

Sons diffusés en première partie : 

Extraits de l'émission Surpris par la nuit, diffusée sur France Culture le 16 janvier 2003

______________________________________________________________________________

DEUXIEME PARTIE : Portrait d’Anna Karina

Anna Karina est actrice et chanteuse. Elle présente un nouvel album, Je suis aventurière, sous le label Balandras et la reprise en version restaurée du film La Religieuse de Jacques Rivette.

J'ai toujours adoré faire des rimes, écrire, jouer, chanter. Je ne fais pas vraiment de distinction !

C’est émouvant, je crois que Jacques Rivette aurait-été très heureux de voir son film en version restaurée, surtout présenté à Cannes cette année alors qu’il avait-été censuré à sa sortie en 1966. 

Je ne sais pas si j’étais une actrice à part, tout ce que je sais c’est que les réalisateurs m’ont choisi, je n’ai jamais rien demandé. Même pas à Jean-Luc Godard qui m’avait vu dans Le petit soldat

Anna Karina au Jardin du Luxembourg en 1988
Anna Karina au Jardin du Luxembourg en 1988 Crédits : Jean Marie Leroy / Sygma / Sygma via Getty Images - Getty

Sons diffusés en seconde partie : 

  • Pour dire que je t'aime d'Anna Karina, extrait de son album Je suis une aventurière (2018 - Balandras Editions)
  • Sous le soleil exactement de Serge Gainsbourg chanté par Anna Karina dans le film Anna (1967)
  • Extrait du film La religieuse de Jacques Rivette (1966)

Bibliographie

Jusqu'au bout de la foiV. S. Naipauléditions Grasset collection Les cahiers rouges , 2013

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......