LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Anne Waldman, poétesse, lors du premier Festival des poètes à Rome, en 1979

Beat Generation au féminin

1h04
À retrouver dans l'émission

En première partie, balade littéraire dans les mots des poétesses Beat, avant un portrait, en deuxième partie, de la photographe américaine Nan Goldin ; Orouni chante sous l'égide d'Ibsen pour la session live.

Anne Waldman, poétesse, lors du premier Festival des poètes à Rome, en 1979
Anne Waldman, poétesse, lors du premier Festival des poètes à Rome, en 1979 Crédits : Marcello Mencarini / Leemage - AFP

PREMIÈRE PARTIE : Beat Generation au féminin

"the inner tide — what moon does it follow? I wait for a poem" (Diane di Prima)

C’est sur la route empruntée par toute une génération d’auteurs américains que commence notre périple. Au rythme du beat, qui s’est emparé de la plume des compagnons, mais aussi des compagnes-écrivaines-poétesses injustement passées aux oubliettes de l’histoire...

"La femme à la fois créatrice et procréatrice dans l'Amérique des années 1950 et 1960, une Amérique d'après-guerre, conformiste, traditionnelle, réactionnaire la plupart du temps : la Beat Generation masculine n'est pas indemne de ce conservatisme." (Olivier Penot-Lacassagne)

Avec Olivier Penot-Lacassagne, maître de conférences à l'université Sorbonne-Nouvelle (Paris 3), et Mirabelle Wassef, comédienne et metteuse en scène

Beat Generation, l'inservitude volontaire d'Olivier Penot-Laccasagne est paru aux CNRS Editions, Beat Attitude, femmes poètes de la Beat Generation par Annalisa Marí Pegrum et Sébastien Gavignet aux Editions Bruno Doucey, et Les Ecrivains de la Beat Generation de Jacqueline Starer aux éditions d'écarts.

___________________________________________

LIVE : Orouni

Image extraite du clip de "Nora (Naked)" d'Orouni réalisé par Shanti Masud
Image extraite du clip de "Nora (Naked)" d'Orouni réalisé par Shanti Masud

Dans Une maison de poupée, Ibsen fait le portrait de Nora, une femme qui remettra en cause le rôle que le carcan patriarcal du mariage lui assigne. C'est dans la lecture de ce texte qu'Orouni a trouvé l'inspiration pour sa nouvelle chanson, "Nora (Naked)". Une mélodie entêtante, une révolte contenue dans une ritournelle, des images intemporelles colorées en noir et blanc...

Titre : "Nora (Naked)", 2018

L'EP Somewhere in Dreamland (feat. Emma Broughton) et le morceau "Nora (Naked)" sont disponibles en streaming et téléchargement. Orouni sera en concert le 11 septembre 2018 aux Trois Baudets (Paris).

___________________________________________

DEUXIÈME PARTIE : Portrait de Nan Goldin

Nan Goldin, lors de la présentation de l'exposition "The Ballad of Sexual Dependency" à Milan (Italie), le 18 septembre 2017
Nan Goldin, lors de la présentation de l'exposition "The Ballad of Sexual Dependency" à Milan (Italie), le 18 septembre 2017 Crédits : Nicola Marfisi - Maxppp

Ça se passe au château d’Hardelot, à quelques kilomètres par la mer de l’Angleterre. Des portraits de ciels, d’arbres, de moutons bénis, de nuages - petits oiseaux sortis de la pellicule de Nan Goldin. L’artiste américaine est apparue, chevelure colorée comme transportée dans ce décor. Ainsi commence la visite des photos-paysages qui ont ponctué sa vie...

"Le brouillard a sa propre existence physiologique, c'est très beau à mes yeux, très profond. Le brouillard est tellement silencieux, il adoucit les angles, toutes les lignes dures, même la ville disparaît dans le brouillard. Il donne une espèce de profondeur au monde, qui devient invisible, plus mystérieux, plus secret." (Nan Goldin)

Traduction de l'anglais assurée par Eve Dayre

L'exposition Nan Goldin, Fata morgana est présentée au Château d’Hardelot - Centre culturel de l’Entente cordiale (Condette), du 2 juin au 11 novembre 2018.

___________________________________________

Références sonores : 

  • Jun Miyake, "Lillies of the Valley", extrait de l'album Pina, 2011 (générique)
  • Yves Buin, psychiatre et écrivain, dans La Compagnie des auteurs, le 20 juin 2016 sur France Culture
  • Extrait du spectacle Rise Up ! Femmes de la Beat Generation, interprétation par Mirabelle Wassef d’un poème traduit avec Jacqueline Starer d’Anne Waldman, "To the Censorious Ones", accompagnée de Séverine Morfin à l’alto
  • Lecture du poème "Keep the Beat" de Diane di Prima lu par l'auteure, enregistrement de Mirabelle Wassef
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......