LE DIRECT
Aurore Valade, "Un lieu idyllique", Segovia, Espagne, 2016

Portraits photographiques

1h04
À retrouver dans l'émission

À l'occasion du festival 'Les Rencontres d’Arles', entretien avec deux photographes qui privilégient le portrait, la pose et le travail au long cours, Aurore Valade et Christophe Loiseau. En 2ème partie, portrait de l'écrivaine Nicole Krauss.

Aurore Valade, "Un lieu idyllique", Segovia, Espagne, 2016
Aurore Valade, "Un lieu idyllique", Segovia, Espagne, 2016 Crédits : © Aurore Valade

PREMIERE PARTIE : Portraits photographiques

Avec Aurore Valade, photographe, elle présente actuellement une exposition personnelle au festival Les Rencontres d’Arles, Révoltes intimes, au musée départemental Arles antique jusqu’au 26 août 2018

et Christophe Loiseau, photographe, il présente l’exposition Droit à l’image au festival Les Rencontres d’Arles à la Maison centrale d’Arles jusqu’au 23 septembre 2018.

Dans les projets photographiques d’Aurore Valade et Christophe Loiseau, tout part d’un entretien avec les personnes prises en photo.
Sur l’image, on voit des hommes et des femmes, la plupart du temps dans des espaces clos. Ils posent. Autour d’eux, il y a des objets, qui leur appartiennent, ou pas. L’intime se joue là, dans ces portraits de corps où la relation à l’objet est questionnée, poétisée.

Il est très difficile de faire des portraits parce que les gens sont toujours perdus face au photographe qui lui, a un objet qui le protège, son appareil photo. L’entretien préalable doit le rassurer, rendre plus simple cette relation, on pense ensemble la réalisation de cette image et on cherche le déclic.      
Christophe Loiseau

Le film d’Edgar Morin et Jean Rouch a été un déclic fondamental dans ma manière de travail. Ce qui m’intéresse c’est la façon dont on habite le monde et comment on se débrouille avec la vie.      
Aurore Valade

Les objets rendent plus simple la prise de vue, ça équilibre la relation avec le modèle et surtout ça transforme le temps de cette prise de vue en jeu, on se sert de cette matière-là pour jouer. Je compare toujours ça à ce qui peut se produire à l’improvisation au théâtre. On laisse la situation se produire et on essaie de saisir l’accident. La photographie saisit le hasard qui interfère dans une relation ludique avec la personne photographiée.        
Christophe Loiseau

Le dispositif que je mets en place crée un espace de jeu dans lequel on va pouvoir créer un endroit où chacun peut s’exprimer artistiquement. Il faut cet espace de jeu qui va rompre la norme d’usage d’un espace habituel, dans mon travail l’intérieur de l’habitation. Pour moi c’est fondamental et c’est là que se trouve l’espace artistique.        
Aurore Valade

Christophe Loiseau, photo extraite de la série "Droit à l'image"
Christophe Loiseau, photo extraite de la série "Droit à l'image" Crédits : © Christophe Loiseau

Sons diffusés en première partie :

- Extrait d'une Chronique d'un été de Jean Rouch et Edgar Morin 1961
- Archive de Julia Kristeva dans Zinzin sur France Inter le 04/11/1998
- Musique de Yom, prière

_____________________________________________________________________________

DEUXIEME PARTIE : Portrait de Nicole Krauss

Nicole Krauss est écrivaine, elle publie Forêt obscure aux éditions de l’Olivier.
Émission enregistrée par Maylis Besserie lors du passage de Nicole Krauss à Paris en juillet dernier.
Traduction d'Eve Dayre.

Je voulais écrire un livre qui porte sur cette intensité qu’éprouvent les personnages qui se retrouvent à un moment charnière de leur vie et n’ont plus le choix. Ils doivent quitter l’ancien monde, familier, et sauter dans l’inconnu, l’informe. C’est la possibilité d’un véritable changement qui va les aider à avoir une vie plus authentique.

Quand la spiritualité est trop canalisée et se résume à des règles qu’il faut suivre, ça ne m’intéresse pas. Par contre, creuser tout ce qui touche à la liberté spirituelle m'intéresse, ainsi que cette quête que nous menons tous, inconsciemment ou pas, cette envie de toucher l’infini, d'aller au-delà du monde fini, de ce que nous percevons avec nos sens et qui nous maintient dans une existence trop étriquée. Je crois qu’on a soif de cet infini.

À travers la littérature, on élargit sa prise de conscience, on peut briser toutes ces conventions, ces carcans qui mènent nos vies et nous permettent de nous définir. 

Nicole Krauss en 2017
Nicole Krauss en 2017 Crédits : Photo de Simone Padovani/Awakening/Getty Images - Getty

Sons diffusés dans la deuxième partie :

- Archive de Philip Roth sur la BBC4 avec David Remnick le 19/03/2003
- Extrait de L’histoire de l’amour, de Radu Mihaileanu (2016)
- Ed Medina mai 2010

Bibliographie

Forêt obscureNicole KraussÉditions de l'Olivier, 2018

Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......