LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Pink Narcissus", James Bidgood, 1971

Filmer les libérations queer

1h10
À retrouver dans l'émission

En 1969, les émeutes de Stonewall marquaient une nouvelle ère dans l'affirmation des fiertés des identités LGBT, révolution captée par le cinéma, qui témoigne de l'évolution d'un formidable mouvement de libération. Et sur scène aussi, des artistes comme Justin Shoulder interrogent l'identité queer.

"Pink Narcissus", James Bidgood, 1971
"Pink Narcissus", James Bidgood, 1971 Crédits : DR

PREMIÈRE PARTIE | Filmer les libérations queer

avec Stéphane Gérard, cinéaste, et Didier Roth-Bettoni, journaliste et critique de cinéma

"Il faut rappeler que cette histoire de la représentation des gays, des lesbiennes, des trans, n'a pas commencé récemment ; cette histoire remonte quasiment à la naissance du cinéma. Elle a pris des formes très diverses, parfois militantes très tôt." (Didier Roth-Bettoni)

Intéressons-nous aujourd'hui à à la libération LGBTQI au cinéma. Cinquante ans après les émeutes de Stonewall, à New York - moment fondateur du militantisme LGBT -, une exposition, Champs d’amour à l’Hôtel de Ville de Paris, et une rétrospective à la Cinémathèque française reviennent sur 100 ans de lutte, de cinéma arc-en-ciel et de révolutions visuelles.

"Barbara Hammer avait le projet de proposer une esthétique nouvelle, basée sur son identité lesbienne, qui repensait le rapport entre corps et image. Ces identités sont le moteur de luttes politiques et de recherches esthétiques ; en cela Hammer est essentielle dans cette histoire des images." (Stéphane Gérard)

Libérations visuelles, révolutions sexuelles, du 19 juin au 11 juillet 2019 à la Cinémathèque française (Paris) ; Champs d'amour : 100 ans de cinéma arc-en-ciel, du 25 juin au 28 septembre 2019 à l'Hôtel de Ville de Paris ; 21e édition du Festival des cinéma différents et expérimentaux de Paris, du 2 au 13 octobre 2019

>>> Quelques documentaires à voir à l'occasion des 50 ans des émeutes de Stonewall : Rien n'oblige à répéter l'histoire de Stéphane Gérard | Marsha P. Johnson : Histoire d’une légende de David France | State of Pride de Rob Epstein et Jeffrey Friedman | L’Étincelle : une histoire des luttes LGBT de Benoit Masocco

____________________

DEUXIÈME PARTIE | Justin Shoulder

La Manutention, Justin Shoulder, numéro 2 - Palais de Tokyo, 2019
La Manutention, Justin Shoulder, numéro 2 - Palais de Tokyo, 2019 Crédits : Ayka Lux

avec Justin Shoulder, artiste vidéaste, sculpteur et performeur

La voilà qui entre et se met à danser, sur un fond de toile clair, éclairé de rose et de bleu. Elle, c’est la créature : haut de bête préhistorique, jambes et sexe d’homme. Une créature que Justin Shoulder a emprunté aux mythologies ancestrales queer et philippines, qui évolue sans cesse, comme si elle accouchait perpétuellement d’elle-même.

"Je vois mon corps comme un outil d'observation en quelque sorte : je le vois d'un point de vue métaphysique, autrement dit je suis le vecteur du récit. Je deviens différentes espèces, une chimère par exemple." (Justin Shoulder)

Prince·sse·s des villes, 21 juin au 8 septembre 2019 au Palais de Tokyo (Paris) ; performance de Justin Shoulder le 11 juillet

____________________

Sons diffusés :

  • Jun Miyake, "Lillies of the valley", extrait de l'album Pina, 380 Grad, 2011 (générique)
  • Extrait de Rien oblige à répéter l'histoire de Stéphane Gérard, 2014
  • Nico Papatakis, réalisateur, scénariste et producteur, dans Résonance, le 24 février 2003 sur France Inter
  • Edmund White, écrivain, dans Cosmopolitaine, le 12 octobre 2004 sur France Inter
  • Barbara Hammer, cinéaste, dans Hors-Champs, le 28 novembre 2012 sur France Culture
  • Extrait du film Race d’Ep de Lionel Soukaz, 1978
  • Extrait de 120 battements par minute, de Robin Campillo, 2018
  • Léonie Pernet, "Two of Us", extrait de l'album Crave, 2018
  • Extrait de la performance Carrion de Justin Shoulder, Palais de Tokyo, 2019
  • Marina Abramović, artiste plasticienne et performeuse, dans Boomerang, le 13 octobre 2017 sur France Inter
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......