LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Photo extraite du film 'Mélancolie ouvrière' de Gérard Mordillat

La mélancolie ouvrière à l'écran

1h03
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la diffusion sur Arte de "Mélancolie ouvrière" la fiction de Gérard Mordillat adaptée du travail de Michelle Perrot, nous recevrons en première partie le cinéaste et l’historienne pour en parler. En seconde partie de l'émission, le portrait de l'écrivaine Sophie Divry.

Photo extraite du film 'Mélancolie ouvrière' de Gérard Mordillat
Photo extraite du film 'Mélancolie ouvrière' de Gérard Mordillat Crédits : Aurélien Faidy

PREMIÈRE PARTIE : Mélancolie ouvrière

En 2011 l’historienne Michelle Perrot publiait Mélancolie ouvrière, une enquête historique sur Lucie Baud (1870-1913), veuve à 32 ans, ouvrière du Dauphiné, syndicaliste et gréviste.   

Aujourd’hui Gérard Mordillat signe une adaptation cinématographique de cet essai sur une oubliée de l’histoire.

Avec Gérard Mordillat, romancier et cinéaste, pour son film Mélancolie Ouvrière diffusé sur Arte le 24 août à 20h55

Et Michelle Perrot, historienne, professeure émérite, spécialiste de l’histoire des femmes, auteure du livre Mélancolie Ouvrière publié au seuil en 2014 

Lucie Baud avait une culture livresque limitée, en revanche elle avait entendu chanter à l'école, à l'église. L'idée que le chant porte l'histoire à part égale du dialogue me plaisait beaucoup. J'ai été à la fois fondamentalement fidèle à ce que Lucie Baud a écrit, et en même temps j'ai fait ce pas de patineur dans l'émotion et le secret de son cœur. Gérard Mordillat

Je pense que le rôle du cinéaste c'est d'imaginer. Et c'est d'imaginer au delà même de la chronique peut-être un peu sèche que donne l'historien. J'ai été moi-même sensible aux émotions de Lucie Baud, j'ai toujours cherché à percevoir ce qu'elle pouvait penser, mais toujours retenue par une réserve d'historienne, n'osant pas aller trop loin. Gérard Mordillat va plus loin et c'est son rôle, c'est légitime et c'est ce qui donne du souffle au film. Michelle Perrot

Ici tout est dit sur la position de Lucie Baud comme femme et comme syndicaliste. Elle est à la fois servie par les applaudissements et en même temps dénigrée par la place qu'on lui accorde au bout de la table, assise sur sa chaise. Cette histoire est importante car il me semble qu'il reste encore beaucoup à faire dans le monde syndical et dans la société tout entière pour que les femmes ne soient pas celles qu'on assied au bout d'une table et que l'on applaudit simplement parce qu'elles sont jolies. Gérard Mordillat

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Sons diffusés en première partie :

Extraits de Mélancolie ouvrière, le film de Gérard Mordillat 

Musique de transition : Tinkle Twinkle du groupe En attendant Ana (Buddy Records/Montagne sacrée – 2018)

______________________________________________________________________________

DEUXIEME PARTIE : Portrait de Sophie Divry

Sophie Divry est écrivaine, son nouveau roman Trois fois à la fin du monde parait le 23 août aux éditions Noir sur blanc dans la collection Notabilia.

Le lieu de la prison est philosophiquement intéressant car c'est à la fois une expérience de grand isolement et en même temps de grande promiscuité. J'aime me pencher sur ces questions traitants de trop de solitude qu'engendre le trop de société.

Ce livre est la réalisation d'un fantasme qu'on a tous qui est : si je pouvais être vraiment seul un jour, mais dans un endroit où la nature n'a pas été détruite. Avec la littérature j'arrive à faire vivre aux lecteurs cette expérience là.

Le personnage principal est une personne normale, qui ne vient pas du milieu rural, c'est un Robinson d'aujourd'hui, qui n'est pas particulièrement dégourdi lorsqu'il se retrouve seul dans la nature. 

La nature ne sauve pas, elle nous enchante. Alors oui, il est impossible de vivre seul dans la nature, mais il est difficile de vivre avec les autres, et c'est ce paradoxe que creuse mon livre. Le personnage principal va vivre cette fascination de la nature mais de la nature en tant que protection et menace.

Sophie Divry
Sophie Divry Crédits : Louise Oligny

Sons diffusés en seconde partie : 

  • Archive INA de Michel Tournier sur France Inter dans l'émission Radioscopie, le 09/02/1981
  • Lecture d’un extrait du livre de Sophie Divry Trois fois la fin du monde (Ed : Notabilia) par Oriane Delacroix

Bibliographie

Trois fois la fin du monde

Trois fois la fin du mondeSophie DivryNoir sur Blanc / Notabilia, 2018

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......