LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean Rondeau pour Warner Classics

Les Variations Rondeau

42 min
À retrouver dans l'émission

A seulement vingt-quatre ans, il est déjà considéré comme un prodige du clavecin et vient de sortir son troisième album en solo. Le musicien Jean Rondeau est l'invité de La Grande Table d'été pour présenter son nouvel album, Melancholy Grace.

Jean Rondeau pour Warner Classics
Jean Rondeau pour Warner Classics Crédits : Warner Classics

Jean Rondeau est claveciniste et à seulement trente ans il sort déjà son troisième album en solitaire, Melancholy Grace. Un album qui arrive après de nombreux autres dont Barricades, en duo avec Thomas Dunford et deux albums de reprise des oeuvres de Jean-Sébastien Bach. 

Le moins qu'on puisse dire à propos de Jean Rondeau, c'est qu'il détonne dans le milieu très policé de la musique classique. Le jeune garçon aux grands yeux bruns se présentent à ses récitals en baskets et cheveux hirsutes, se barricade dans sa maison en Bretagne, loin de la technologie qu'il n'apprécie pas vraiment, n'écoute plus de musique depuis un an et demi. D'ailleurs, du clavecin, instrument dont il joue depuis l'enfance et qui a fait sa renommée jusqu'à l'international, il n'en a jamais écouté. Peut-être un peu, lorsqu'il était enfant. Mais depuis, rien, jamais. 

Quand on lui demande comment il s'est dirigé vers cet instrument qui se pratique relativement peu de nos jours - remplacé par le piano -, il parvient néanmoins à se remémorer certaines sensations ressenties durant l'enfance.

Même si je n'ai pas de souvenir précis, je peux encore me souvenir de l'émotion générée par le clavecin lorsque j'étais enfant. C'était un moment très sensoriel qu'avec le recul de l'âge adulte je perçois comme quelque chose de très instinctif, de sauvage. Une intuition comme on ne peut en avoir que lorsqu'on est enfant, portée par une espèce de pureté liée à l'absence de jugement. (Jean Rondeau)

J'aurais du mal à décrire le son du clavecin. Comme les odeurs, les sons sont difficiles à décrire, on ne trouve pas les mots ou on utilise des métaphores. Et puis, il n'y a pas un son de clavecin, il y a des clavecins, qui produisent tous un son différent à tel point qu'il est difficile de parler du son des clavecins au pluriel. Le son dépend des répertoires que l'on envisage de jouer, de l'accoustique de l'instrument, de l'instrument dont on dispose sur place, aussi. (Jean Rondeau)

A propos de la musique de Jean-Sébastien Bach, qu'il a joué à de nombreuses reprises et auquel il a consacré deux albums entiers, il évoque une affliction particulière.

La musique de Bach est pour moi liée à l'imaginaire. Il s'agit d'un compositeur dont je joue le répertoire depuis que je suis petit, qui est très présent dans mon jeu et dont j'ai évidemment beaucoup suivi le travail. (Jean Rondeau)

Extraits sonores:

  • Gilles Deleuze, la musique a à voir avec le cosmos - Documentaire "l'abécédaire de Gilles Deleuze" de Pierre-André Boutang
  • Blandine Verlet interviewée par Charles Finalteri - ORTF - 1973
  • Partita en la min BWV 1013 : Bourrée anglaise - Jean-Sébastien BACH - Jean Rondeau - Imagine Bach
  • Suite en Sol Maj / sol min: Les sauvages - pour clavecin - JP Rameau - Jean Rondeau 
  • Lachrimae verae - pour virginal - JEAN RONDEAU - John Dowland
  • Fantaisie de Monsieur de Lorency - pour clavecin JEAN RONDEAU

Bibliographie

bibliography

Melancholy Grace (Errato)Warner Classics, 2021

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......