LE DIRECT
Mary Shelley, 1831, par Samuel John Stump (1778-1863)

Mary Shelley au-delà de Frankenstein

1h04
À retrouver dans l'émission

Il y 200 ans paraissait "Frankenstein", un roman écrit par une jeune femme de 18 ans, qui révolutionna la littérature. Qui est donc l'écrivaine derrière le monstre qu'elle inventa ? En 2ème partie : portrait de la circassienne Maroussia Diaz Verbèke.

Mary Shelley, 1831, par Samuel John Stump (1778-1863)
Mary Shelley, 1831, par Samuel John Stump (1778-1863) Crédits : Wikicommons

PREMIERE PARTIE : Mary Shelley au-delà de Frankenstein

Avec Gilles Menegaldo, professeur émérite de littérature anglo-saxonne et de cinéma à l’Université de Poitiers

et Alain Morvan, ancien recteur des académies de Clermont-Ferrand, Amiens et Lyon, ancien président du Directoire des PUF, professeur émérite à la Sorbonne Nouvelle (Paris 3), spécialiste du XVIIIe siècle et de la littérature gothique, auteur de Mary Shelley et Frankenstein : itinéraires romanesques aux PUF et traducteur de Frankenstein ou le Prométhée moderne aux éditions Folio SF Gallimard ainsi qu'à La Pléiade.

En janvier 1818 paraissait Frankenstein, l’œuvre mythique d’une jeune femme de 18 ans qui révolutionna la littérature.
À l’occasion des 200 ans de la parution de Frankenstein et de la sortie en salles (depuis le 8 août) de Mary Shelley d’Haifaa al-Mansour, nous enquêtons aujourd’hui sur ce double mythe avec Alain Morvan et Gilles Menegaldo.

Frankenstein, il faut le rappeler, c’est le nom du créateur. De la même façon, le personnage de Mary Shelley, extraordinairement attachant et d’une grande richesse du point de vue littéraire et biographique, a très longtemps été occulté par le titre de son œuvre majeure. Mais ce n’est pas tout à fait injustifié en ce sens que 'Frankenstein' est un chef-d’œuvre, un mythe universel, il a une vocation à plonger dans son ombre tout ce qui se trouve dans son périmètre.            
Alain Morvan

'Frankenstein' est construit à partir de fragments et de genres très divers, c’est un livre dont l'ébriété générique est foisonnante : pour certains c’est l’ancêtre des romans de science-fiction, pour d’autres c’est encore malgré tout un roman gothique ou un texte fantastique. Il y a aussi des références au conte oriental, au conte philosophe, au récit de voyage. Il y a cette dimension de couture et c’est pour ça qu’on a très souvent fait la comparaison entre le corps du monstre, couturé, et le corps de l’oeuvre qui est aussi un corps couturé à certains égards. Mary Shelley elle-même parle de son livre comme de son « hideous progeniture », son hideuse progéniture...          
Gilles Menegaldo

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Sons diffusés en première partie :

- Frankenstein de James Whale (1931)
- Bande-annonce de Mary Shelley, Haifaa Al Mansour (2018)
- Musique de Adrian Crowley, Catherine in the dunes

________________________________________________________________________

DEUXIEME PARTIE : Portrait de Maroussia Diaz Verbèke

Maroussia Diaz Verbèke est circographe et artiste de cirque. Elle présente Circus Remix avec sa compagnie Le Troisième Cirque à La Route du Sirque le 22 août et le 24 août à Nexon. 

Le fait de parler n’a jamais été naturel à l’intérieur de ma pratique du cirque et petit à petit en m’intéressant à l’histoire du cirque, j’ai appris que la parole avait été interdite au cirque par deux décrets en 1806 et 1807. Le cirque moderne naît vers 1760, il a rapidement intégré des numéros comme des pièces de théâtre, des ballets… ça a eu du succès. La parole a été interdite pour limiter la concurrence par rapport aux théâtres royaux et peut-être aussi contrôler ce qui se disait.        
Le cirque s’est construit au négatif, il pouvait être tout sauf du théâtre.

Je viens du milieu du cirque contemporain. Je suis l’enfant de cet état d’esprit qui pense que le cirque classique ne paraît pas très intéressant, ringard. J’ai fait tout ce chemin de me dire que peut-être pas, j'y suis retournée... Il y a encore peu d’études, de réflexions sur la spécificité de ce qu’apporte le cirque et il y a peut-être un amalgame entre ‘cirque’ et ‘acrobatie’. Le cirque pour moi ne se réduit pas forcément à l’acrobatie. C’est d’abord un lieu, une scène circulaire, tout un champ de réflexion, une manière de composer, un art à part entière.

"Circus Remix"
"Circus Remix" Crédits : © Le Troisième Cirque

Sons diffusés en deuxième partie :

- Bande originale de Circus Remix, Le Troisième Cirque
- Jean Cocteau sur la piste ronde, RDF 05/01/1947

Intervenants
  • ancien recteur des académies de Clermont-Ferrand, Amiens et Lyon, ancien président du Directoire des PUF, professeur émérite à la Sorbonne Nouvelle (Paris 3), spécialiste du XVIIIe siècle et de la littérature gothique
  • professeur émérite de littérature anglo-saxonne et de cinéma à l’Université de Poitiers
  • circographe et artiste de cirque

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......