LE DIRECT
Yasujirō Ozu , "Fleurs d'équinoxe", 1969

Voyage avec Yasujirō Ozu

1h03
À retrouver dans l'émission

Retour sur l'oeuvre du grand cinéaste japonais Yasujirō Ozu à l'occasion d'une rétrospective présentant dix films restaurés qui marquent la dernière période du cinéaste, celle de son passage du noir et blanc à la couleur. En 2ème partie, portrait du cinéaste Nuri Bilge Ceylan.

Yasujirō Ozu , "Fleurs d'équinoxe", 1969
Yasujirō Ozu , "Fleurs d'équinoxe", 1969 Crédits : © Shochiku Co., Ltd.

PREMIERE PARTIE : Voyage avec Yasujirō Ozu

Avec Pascal-Alex Vincent, réalisateur, professeur en histoire du cinéma japonais à la Sorbonne Nouvelle, il a dirigé l'édition du coffret L'Âge d'or du cinéma japonais 1935-1975 chez Carlotta

Et Adrien Gombeaud, critique de cinéma aux Echos, Positif et Vanity Fair, spécialiste du cinéma d’extrême orient

Le cinéaste japonais Yasujirō Ozu, 1903-1963, a tourné 54 films entre 1927 et 1962. Son oeuvre a marqué l'histoire du cinéma au travers de ce portrait sensible et poétique du quotidien japonais qui met en scène des familles japonaises traversées par des problématiques profondes, temps qui passe, fractures, occidentalisation du Japon. Sa façon de filmer, au ras du sol, impliquant le regardeur comme un membre de la famille observateur et silencieux, est devenue sa marque de fabrique.

Carlotta présente une rétrospective de l'oeuvre de Yasujirō Ozu en dix films restaurés qui marquent la dernière période du cinéaste, celle de son passage du noir et blanc à la couleur.

On associe souvent Ozu au motif de la famille et il se trouve qu’au Japon, trois générations ont longtemps vécu sous le même toit. La façon dont Ozu va filmer ces familles au lendemain de la guerre, quand le pays est en train de muter, nous donne à comprendre les bouleversements sociétaux du Japon. Tout d’un coup, trois générations ne regardent plus vers la même direction voire ne parlent plus la même langue.          
Pascal-Alex Vincent

Ozu filme ce nouveau monde qui apparaît : la télévision qui va jaillir dans les foyers, comme dans le film 'Bonjour' ; l’arrivée d’un mode de vie différent avec les 'salaryman', ces hommes en cravate qui sortent du métro en groupe ; les femmes qui se mettent à travailler...        
Il a une tendresse pour ce nouveau monde et en même temps une mélancolie pour un monde qui est en train de disparaître.          
Adrien Gombeaud

Plus Ozu a avancé en âge et dans son cinéma, plus il en est venu à n’adopter qu’un seul objectif, le 50, et à poser sa caméra à hauteur de tatami, la position assise au Japon. Il y a quelque chose de fascinant qui crée la mythologie d’Ozu d’aller vers cet ample dépouillement qui fait que la figure d’Ozu se superpose avec nos fantasmes sur le zen, le japon mythique.        
Adrien Gombeaud

Ozu est un cinéaste essentiel pour comprendre ce qu’est le cinéma. Il fut un des grands formalistes de l’histoire du cinéma, il fait partie des quelques cinéastes qu’on reconnaît immédiatement. Il avait inventé quelque chose, sa propre grammaire, d’une apparente simplicité mais finalement vertigineuse.        
Pascal-Alex Vincent

Sons diffusés en première partie :

Extrait de Bonjour (1959)
Extrait de Voyage à Tokyo (1953)
Archive de Wim Wenders sur le regard d'Ozu dans Microfilms sur France Culture le 15/11/1985
Extrait de Le goût du saké (1962)
Musique : Altin Gun, Tatli dile güler yüze

Yasujirō Ozu , "Le goût du riz"
Yasujirō Ozu , "Le goût du riz" Crédits : © Shochiku Co., Ltd.

______________________________

DEUXIEME PARTIE : Portrait de Nuri Bilge Ceylan

Nuri Bilge Ceylan est cinéaste, auteur du film Le Poirier Sauvage en salles le 8 août 2018.
Traduction de Kerem Topuz.

Après Winter Sleep, Palme d’or 2014 au Festival de Cannes, le cinéaste turc Nuri Bilge Ceylan signe une nouvelle fresque romanesque dans laquelle les saisons se succèdent et où quelque chose de la tragédie se noue. 

J'ai essayé d'aller contre le dogme d'un cinéma très visuel en osant travailler sur des dialogues très longs et très présents.

Plusieurs petits ruisseaux qui se rejoignent en une grand rivière. C'est comme ça que je pense l'élaboration d'un film.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......