LE DIRECT
Vue d'une toile d'araignée

Abdennour Bidar et Corine Pelluchon : pour une culture des liens

33 min
À retrouver dans l'émission

Ils nous montent qu'il urgent de repenser les liens : les philosophes Abdennour Bidar et Corine Pelluchon, qui participent à l'ouvrage collectif "Relions-nous ! La constitution des liens" (Les Liens qui Libèrent, 2021), sont nos invités.

Vue d'une toile d'araignée
Vue d'une toile d'araignée Crédits : Yuji Sakai - Getty

Du 4 au 6 juin se dérouleront au Centre Pompidou une série d'échanges et de conversations accueillant 53 scientifiques, philosophes, économistes, juristes, anthropologues, médecins, écrivains, dont Abdennour Bidar et Corine Pelluchon, mais aussi Yannick Haenel, Delphine Horvilleur, Alain Damasio, Maylis de Kerangal, Etienne Klein ou Vinciane Despret. A l'initiative de Henri Trubert et de Sophie Marinopoulos, cofondateurs des éditions Les liens qui libèrent, paraîtra parallèlement une Constitution des liens (Les liens qui libèrent, 2021) à laquelle nos deux invités ont participé. Elle rassemble des réflexions et des propositions dans des domaines aussi divers que l'économie, l'éducation, l'écologie ou l'architecture.

Nous passons d'un paradigme de la séparation à un  paradigme de la liaison; [...] comme les problèmes, les solutions doivent être systémiques. (Abdennour Bidar)

Ce geste collectif permet de rendre publique, de donner une force, d'acter ce nouveau paradigme. (Corine Pelluchon)

Corine Pelluchon est philosophe, professeure à l’université Gustave-Eiffel, spécialiste de philosophie politique et d’éthique normative et appliquée. Elle s'intéresse ainsi aux questions de bioéthique, en particulier celles du handicap et de la fin de vie, et d'écologie. Elle est l'auteure, dernièrement, de Les Lumières à l'âge du vivant (Seuil) et d'une Éthique de la considération (Seuil). Dans La Constitution des liens, elle propose, avec Virginie Maris et Pablo Servigne, une pratique de l'écologie qui appelle à percevoir les êtres vivants non plus comme des atomes, mais comme des nœuds dans un réseau complexe d’interactions et d’interdépendances.

Si l'on prend au sérieux l'écologie, on est obligé de changer la manière de se percevoir. L'écologie nous oblige à dépasser les dualismes. On ne sépare plus l'écologie de la question des modes de production, de la justice, des représentations et de l'impact de la connaissance sur nos valeurs. L'écologie a une force émancipatoire quand on la prend au sérieux, sans porter de mépris pour l'homme. (Corine Pelluchon)

Abdennour Bidar est docteur en philosophie et haut-fonctionnaire, spécialiste de l’islam. Il est l'auteur, entre autres, deComment sortir de la religion (La Découverte, 2012) et de Un Islam pour notre temps (Seuil, 2017). Il est le co-auteur, avec Philippe Meirieu et Delphine Horvilleur, de deux chapitres de La Constitution des liens, le premier sur l'éducation et le second sur la religion. Il appelle à permettre une éducation promouvant l'association et la coopération et à redécouvrir la force démocratique de la laïcité. 

Nous trouvons une ressource de force extraordinaire dans le fait de s'associer de manière éthique, durable et soutenable. (Abdennour Bidar)

C'est la fin de l'homme qui se met au centre de tout, mais ce n'est pas la fin de l'homme qui s'interroge sur lui-même. [...] L'homme sort de la position cartésienne et se réinscrit dans la nature. Cela renouvelle l'interrogation de la responsabilité de l'homme. (Abdennour Bidar)

Extraits sonores

  • Michel Foucault au sujet des Mots et des choses dans Apostrophes (17 décembre 1976)
  • Philippe Ivernel évoque la pensée de la catastrophe de Gunther Anders dans l’émission  “Surpris par la nuit”  (France Culture, avril 2002)

Bibliographie

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......