LE DIRECT
Le député italien Matteo Dall'Osso portant un masque de protection

Coronavirus : une épidémie de la peur ?

32 min
À retrouver dans l'émission

Coronavirus : Quelles réactions avoir face à l'épidémie ? La peur est-elle bonne conseillère ? Comment ne pas céder à la panique et ne pas confondre rumeurs et informations ? On en parle avec le sociologue Gérald Bronner, notre invité aujourd'hui.

Le député italien Matteo Dall'Osso portant un masque de protection
Le député italien Matteo Dall'Osso portant un masque de protection Crédits : SOPA Images / Contributeur - Getty

Gérald Bronner, notre invité aujourd’hui, est sociologue, membre de l'Académie des technologie, de l'Académie nationale de médecine et enseignant à l'université Paris-Diderot. Spécialiste des croyances collectives et de la cognition humaine, il a participé à l'élaboration des centres de déradicalisation et est notamment  l'auteur de La démocratie des crédules (PUF, 2013), La planète des hommes. Réenchanter le risque (PUF, 2014) ou encore de La pensée extrême (réédition aux PUF, 2016). 

Nous ne pouvons pas opérer de l'arithmétique quand il s’agit de morts, raisonner de façon linéaire.                        
(Gérald Bronner)

Il s'intéresse à l'épidémie comme à un"objet social total" révélateur, notamment, de nos modes de représentation. En outre, il compare les modes de lutte gouvernementale contre l'épidémie : basée sur la "vertu" en France, sur des moyens de coercition en Chine, sur des mesures, peut-être pas encore irrationnelles mais bien "maximalistes", en Italie...

L'épidémie est un objet social total : elle révèle à travers toutes ses facettes l'empire du monde des Hommes. En l’occurrence, elle aime beaucoup le tourisme, les sociétés hyper-connectées.                        
(Gérald Bronner)

Gérald Bronner déplore en outre une "épidémie de crédulité". Déjà, au temps de la peste, à l'époque du Pape Grégoire (Ve siècle), l'irrationalité primait, ce dernier ayant décidé d’organiser des processions pour faire face au mal et le propageant donc davantage. 

Surtout, face au risque inédit, on s’abandonnerait à surestimer les faibles probabilités et à les démultiplier, de sorte que les "peureux" survivent davantage que les téméraires. Sur un marché de l'information comme le nôtre, la peur et la crédulité deviennent de très bons produits à commercialiser.

La peur est un très bon produit sur le marché dérégulé de l'information.                        
(Gérald Bronner)

Gérald Bronner se penche sur les théories du complot autour de l'épidémie, théories qui n'empêchent néanmoins pas de recourir à la parole des experts face au danger bien réel du coronavirus. Face au trop-plein d'information, il prône, enfin, de savoir raison garder.

À noter, la réédition aux PUF de son ouvrage Cabinet de curiosités sociales.

Extraits sonores : 

  • Patrick Zylberman (Les Matins du samedi, France Culture, 25.01.2020)
  • Coronavirus et surveillance (BFM TV, 11. 02. 2020)
Intervenants
  • Professeur de sociologie à l'université de Paris, membre de l'Académie des technologies et membre de l'Académie nationale de médecine

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......