LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Manifestation de casseroles à Beirout (Liban) le 19 novembre 2019

Des Libanais, un peuple ?

33 min
À retrouver dans l'émission

Comment une lutte commune peut-elle constituer un peuple uni? Dominique Eddé, romancière et essayiste libanaise, est l'auteure d’une tribune du Monde (26.10. 2019) sur les manifestations au Liban. Un mois après le début des révoltes, la situation oscille toujours entre espoir et inquiétude.

Manifestation de casseroles à Beirout (Liban) le 19 novembre 2019
Manifestation de casseroles à Beirout (Liban) le 19 novembre 2019 Crédits : JOSEPH EID / AFP - AFP

Dominique Eddé, romancière et essayiste franco-libanaise, est l'auteure d’une tribune : « Si je suis en train de rêver, ne me réveillez pas », publiée dans Le Monde du 26 octobre, alors qu’une révolte quasi-générale et multiconfessionnelle contre le pouvoir dynastique dure depuis plus d'un mois sur l’ensemble du territoire libanais, depuis que le ministre de la télécommunication Mohamed Choucair a eu pour projet de prélever une taxe de 6 dollars mensuels (environ 5,40 euros) sur les appels via WhatsApp. 

Il ne faut pas toucher à une arme dans le cadre de ce mouvement national. La Syrie a donné le plus sanglant des exemples. On ne peut pas prendre les armes dans un rapport de force aussi asymétrique. On ne peut pas abolir le confessionnalisme, le clientélisme, d'un trait de crayon, ce sont de lents processus.          
(Dominique Eddé)

Comme le souligne avec émotion Dominique Eddé, il ne s’agit pas cette fois-ci d’une guerre confessionnelle mais, pour la première fois, d’un soulèvement collectif, toutes confession confondues, où la jeune génération joue un rôle prépondérant, à l’encontre de la classe dirigeante. Il ne s’agit pas d’une révolution partisane portée par un parti d’opposition. Ce sont les drapeaux libanais qui flottent au-dessus des manifestations et plus des drapeaux d’entités politiques ou confessionnelles.

C'est une clique de chefs de clan et leurs sbires, une espèce de tumeur auto-gangrenée qui se nourrit du capital du pays. Il y a une grande pauvreté au Liban. Ce n'est plus une inquiétude, c'est une réalité. Il y a une sorte de record de la corruption au Liban. Les banques sont vides. Comment voulez-vous qu'il fassent le deuil de ce vol s'il n'y a pas cette sonnette d'alarme qui a lieu en ce moment sur le plan social. Il n'y a que la lumière qui continue de marcher au Liban car on ne peut pas l'atteindre, mais, sur tout le reste, il y a des commissions.          
(Dominique Eddé)

Trente ans après la fin de la Guerre Civile, le Liban connaît une nouvelle crise politique. Si l’issue et les débouchés sur le plan social et économique sont encore tout à fait incertains, un certain nombre de commentateurs notent que cette révolte participe de la naissance d’un peuple qui, jusque-là, était tiraillé par la diversité des confessions et qui, aujourd’hui, est uni dans l’exigence d’un pouvoir technocratique.

Je ressens ce qui s'est passé au dans la rue comme une formidable leçon d'humilité pour les intellectuels dont je fais partie. Il faut en finir avec cette posture. Ceux qui font des choses, et je crois que ça va être un mouvement mondial, ont fait preuve d'une drôlerie et d'une inventivité que nous mettons parfois des années à trouver pour publier nos petits livres. Le Liban accuse le monde.          
(Dominique Eddé)

Extraits sonores

  • Extraits d'émission de France 24, TV5 Monde, et Radio Canada sur la situation du Liban.
  • Une jeune fille explique les faiblesses du service public en prenant l’exemple de l’électricité (France 24).
  • Extrait du documentaire « Le Liban, otage du Moyen-Orient » - « Etat dans l’Etat ». ARTE
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......