LE DIRECT
Une manifestante contre le racisme à Rome  (2 juin 2020)

Didier Fassin : la vie à tout prix

33 min
À retrouver dans l'émission

Nos vies ont-elles la même valeur ? Le sociologue Didier Fassin, qui a publié récemment "Mort d'un voyageur. Une contre-enquête"(Seuil), interroge avec nous les inégalités des vies humaines dans nos sociétés contemporaines, depuis la crise du coronavirus jusqu'à la mort de George Floyd.

Une manifestante contre le racisme à Rome  (2 juin 2020)
Une manifestante contre le racisme à Rome (2 juin 2020) Crédits : Matteo Nardone/Pacific Press/LightRocket via Getty Images - Getty

Didier Fassin est sociologue, anthropologue et médecin. Il est notamment professeur à l’Institute for Advanced Study de Princeton aux Etats-Unis, directeur d’études à l’EHESS, et titulaire d’une chaire annuelle de santé publique au Collège de France

Il a publié le 12 mars dernier Mort d’un voyageur. Une contre-enquête aux éditions du Seuil. Dans cet ouvrage, il revient sur un drame qui s’est déroulé en 2017 : alors qu’il est interpellé par des membres du GIGN au domicile de ses parents, Angelo, 37 ans, membre de la communauté des gens du voyage, est abattu par les forces de l’ordre. La version de la police met en avant la légitime défense, tandis que la famille pointe une bavure. En s'appuyant sur les éléments et les témoignages de l'enquête qui a suivi, Didier Fassin cherche à ébaucher une autre version des faits, qui rendrait justice à la vérité et à la mémoire du défunt. 

Sur la base des témoignages, avec les pièces du dossier, j'ai essayé de comprendre ce qui s'était passé. J'ai pu voir qu'il y avait des contradictions entre la version de la famille et des gendarmes, qu'il y avait aussi des impossibilités entre les versions des gendarmes et qu'il y avait un décalage, enfin, entre les expertises et les versions. C'est petit à petit que je suis passé d'une présentation de toutes ces versions à cette contre-enquête qui m'amène à produire une vérité ethnographique.         
(Didier Fassin)

Au fond je laisse le lecteur choisir laquelle des versions lui semble la plus proche de ce qui a pu se passer dans cette remise. (...) Je n'ai pas cherché à produire une révision du procès mais à fournir un travail le plus rigoureux possible pour reconstruire la manière dont les faits s'étaient passés.         
(Didier Fassin)

Le sociologue a publié en 2018 un essai La Vie. Mode d’emploi critique, (Seuil) sur l’inégalité des vies humaines dans les sociétés contemporaines. Un travail qui trouve un écho particulier dans cette crise du coronavirus. 

Nos sociétés accordent une valeur suprême à la vie, devenue le bien suprême qu'il faut défendre (...) Mais en même temps l'épidémie révèle quelque chose qui existait avant ce virus : toutes les vies n'ont pas la même valeur. On s'en est rendu compte dans la manière dont on a mobilisé, sans protections, les travailleurs du  premier ou du deuxième cercle, dans la manière dont on a, dans les prisons ou dans les centres de rétentions, exposé ces personnes au virus.         
(Didier Fassin)

Il faut se protéger collectivement, se confiner pour éviter la transmission de la maladie, et ces consignes valent pour l'ensemble de la population...sauf pour certains. On voit qu'il y a là une inégalité des vies.         
(Didier Fassin)

Au plus proche de l'actualité, Didier Fassin voit dans le décès de George Floyd la conséquence des rapports tendus qui existent aux États-Unis entre les minorités et la société américaine. Mais le sociologue va plus loin en montrant qu'un parallèle est possible, malgré des différences, entre les violences policières outre-Atlantique et celles qui se déroulent dans l'Hexagone. 

Il faut prendre la mesure, qu'il est difficile d'avoir quand on est à l'étranger, de l'émotion considérable que cette mort a suscité aux Etats-Unis, en particulier auprès des communautés afro-américaines. (...) Il y a là un moment important pour la société américaine de faire face à ses démons raciaux et racistes.        
(Didier Fassin)

Mais il ne faut pas exotiser. Je crois qu'au delà de la différence statistique qui est importante, il y a quatre parallèles dans ces affaires qu'on peut tracer entre les deux pays [la France et les Etats-Unis] : des hommes jeunes issus des minorités ethno-raciales, l'immunité dont bénéfice presque toujours les auteurs des violences, un soutien aveugle du pouvoir, de l'autorité avec un déni de ces violences et une défense des auteurs, et enfin la dernière choses, qu'il est important de noter, ce sont les mobilisations croissantes qui se sont produites ces dernières années.        
(Didier Fassin)

Intervenants
  • Anthropologue, sociologue et médecin, professeur à l’Institute for Advanced Study de Princeton et titutlaire de la chaire de santé publique du Collège de France

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......