LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Edgar Morin à Paris (2013)

Edgar Morin : "Résister à la prose de la vie pour trouver la poésie de sa propre vie"

33 min
À retrouver dans l'émission

Il a traversé le siècle à la force de ses convictions. A 98 ans, Edgar Morin, sociologue du temps présent et philosophe de la pensée complexe, nous parle de ses amours, de ses résistances et de ses engagements dans "Les souvenirs viennent à ma rencontre" (Fayard, 2019).

Edgar Morin à Paris (2013)
Edgar Morin à Paris (2013) Crédits : Eric Fougere / Contributeur - Getty

Il  a vécu la Résistance, les guerres d’Algérie, de Yougoslavie, du Moyen-Orient, traversé les crises des XXème et XXIème siècles, connu de grandes personnalités : artistes, écrivains, politiciens, de Cornelius Castoriadis à Ivan Illich. Le sociologue et philosophe Edgar Morin, de son vrai nom Edgar Nahoum, auteur de La Méthode (1977-2006) ou de La Voie (Fayard, 2011) revient sur sa vie, ses engagements et sa pensée dans Les souvenirs viennent à ma rencontre (Fayard, 2019).

Ma vie est une succession d’épanouissements, de moments d’émerveillement, de joie, de communion amoureuse ou intellectuelle, et de moments tragiques - à commencer par la mort de ma mère - de perte, de tristesse, de révolte. Le plus important pour moi aujourd’hui, c’est la dimension poétique de la vie : la communion, la ferveur, l’admiration, l’amour que j’essaie de vivre pleinement. Ce sentiment poétique peut me rendre heureux ou malheureux parfois. Mais l’essentiel est là pour moi : parvenir à résister à la prose de la vie qui nous envahit de tous côtés – avec son lot de quantification, de calcul, de profit, d’asservissement à des règles de plus en plus contraignantes –et trouver la poésie de sa propre vie. 

Dans ces mémoires qu’il n’a pas voulus chronologiques mais guidés « par les souvenirs eux-même », il raconte et se raconte, du traumatisme ressenti pendant son enfance en découvrant les circonstances  de la mort de sa mère – la mort sera une thématique prégnante de son œuvre – à ses amours, ses contradictions, son sentiment d’être « d’ici et d’ailleurs » en tant que descendant de famille juive, orphelin de mère, une dualité avec laquelle il a appris à composer et qui participe de sa « pensée complexe », ce système qu’il a mis au point mais qui reste encore mieux connu à l’étranger qu’en France.

Edgar Morin revient aussi sur ses choix politiques, de son engagement dans la guerre d’Espagne à 15 ans à son entrée dans la Résistance et au Parti communiste, dont il sera exclu, et auquel il ne croyait plus, en passant par son travail de sociologue du temps présent. Passionné par les sujets dont personne au CNRS ne voulait à l'époque, il s’intéresse au cinéma et se livre à une interprétation en temps réel - puis en aval - de Mai 68.

La grande illusion de Mai 68, à l’œuvre chez les maoïstes et les trotskystes, était qu’une révolution était en préparation. Or à l’époque, je pensais déjà ce n’était pas une révolution mais une brèche dans notre civilisation, préfigurant des aspirations futures.  C'est l'échec de cette croyance en la révolution qui a fait que beaucoup de meneurs du mouvement se sont installés dans le monde tel qu’il est et ont accepté de redevenir des bourgeois normaux. Pour moi, Mai 68 reste un moment important parce que c’est une irruption totalement inattendue. Mais comme pour la Révolution française, le feu de la polémique sur ses aspects positifs ou négatifs n’est pas éteint.

Un parcours qu’il poursuit désormais au travers de son engagement en faveur de l’environnement. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Edgar Morin a récemment rendu visite au pape François pour lui demander de réunir un symposium de personnalités soucieuses du sort de l’humanité afin de "lancer une alarme". Plus qu’une nouvelle Internationale, il faut selon lui travailler à diffuser la notion de « Terre-Patrie », « ce sentiment que la Terre est notre patrie, qu'elle englobe nos appartenances, nos nations, sans pour autant les annuler. »

Pour moi, l'écologie ne doit pas être un dogme, elle doit être intégrée à une grande pensée politique sur l'humanité. L’enjeu n’est pas seulement de sauvegarder la Nature mais de prendre conscience que notre survie est menacée de l’intérieur par notre mode de vie, de consommation, de circulation, par notre façon d’être soumis à la dictature du profit qui est contraire à la possibilité de régénérer les ressources de la planète. Aujourd’hui, ma préoccupation, c’est le destin de l’humanité sur Terre.

Extraits sonores : 

  • Discours de Greta Thunberg à l'Assemblée nationale (FRANCE 24, 23/06/2019)
  • Témoignages des habitations de Plouzévec ("Une façon de vivre" / France Régions 3 Rennes /27 oct. 1976)
  • Chroniques d un été (Jean Rouch, Edgar Morin, 1961)
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......