LE DIRECT
Amour à louer

Emma Becker / Laure Murat : De la littérature, bordel !

34 min
À retrouver dans l'émission

Au programme : la mécanique du désir, les rapports homme/femme à huis clos et les motivations d'une prostitution choisie. Emma Becker, écrivaine, auteure de "La Maison" (Flammarion, 2019), et Laure Murat, historienne de la littérature, sont nos invitées.

Amour à louer
Amour à louer Crédits : southerlycourse - Getty

Jusqu’où faut-il aller pour s’approprier un récit ? Jusqu’où doit aller la quête de légitimité ? L’immersion est-elle une condition à l’écriture ? Autant de questions que l’on se pose avec nos deux invitées, toutes deux femmes du monde des lettres :

Emma Becker, écrivaine vivant à Berlin, est l'auteure de Mr (2011) et Alice (2015). Elle a, deux ans durant, travaillé dans une maison close afin de saisir, dit-elle, le métier de prostituée de l’intérieur, au point d’en devenir une elle-même. Se situant en cela dans la lignée du journaliste américain Hunter Thompson, elle est devenue "une pute qui écrit" pour donner une voix aux prostituées. Le résultat en sera La Maison, publié chez Flammarion en 2019. Un véritable phénomène, avec 40.000 exemplaires vendus et trois distinctions : prix Blù Jean-Marc Roberts, prix Roman News et prix Roman des étudiants France Culture-Télérama.

C'est la toute-puissance érotique de la femme qui m'a attirée, sa toute-puissance sexuelle, avec tout ce que cela suppose. J'avais envie d'être cette créature puissante capable de mettre un monde à genoux.            
(Emma Becker)

Laure Murat est essayiste et professeure à UCLA, au "Département d'études françaises et francophones", spécialiste de l’histoire de la littérature. Elle a publié l’an passé Une révolution sexuelle ? Réflexions sur l’après-Weinstein (Stock, 2018), ouvrage qui analyse les cultures américaine et française pour "essayer de comprendre ce qui constitue un événement historique et ses enjeux", s’intéressant aux répercussions médiatiques et sociologiques de l’affaire. 

C'est impossible de dépolitiser le sexe car c'est une réflexion sur la contrainte des corps, la circulation de l'argent, la domination (...) Je respecte le choix d'Emma Becker mais il est évident que ces rapports-là sont politiques. Plus vous descendez dans l'intime, plus vous élargissez le domaine du politique.             
(Laure Murat)

Laure Murat s’est notamment intéressée à la question des "lieux" que fréquentent les écrivains. En 1996, elle dirigeait ainsi l’ouvrage Paris des écrivains, qui explorait les relations entre Paris et vingt écrivains, français ou étrangers, aux XIXe et XXe siècles, d’Apollinaire à Italo Calvino. Cette fois-ci, c’est la question de l’immersion dans une maison close, dans la "Maison" comme lieu d’évocation et de création, et du besoin de vivre l’expérience pour l’écrire, que nous évoquerons avec elle.

Je crois que la différence entre une femme et une pute n'existe pas. [...] Il n'y a pas plus de séparation entre le corps et l'esprit pour une prostituée que pour une femme mariée depuis quarante ans.            
(Emma Becker)

Extraits sonores : 

  • Catherine Millet (Masterclasse, France Culture, 2019)
  • Grisélidis Réal (Prostitution, Jean-François Davy,1976)
  • Virginie Despentes ("Les couilles sur la table", Victoire Tuaillon, 29/08/2019)
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......