LE DIRECT
"Médard dans la carrière des Chinois" ("Kongo", Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav, 2019)

Esprits, sorcellerie… Comment filmer l’invisible ?

32 min
À retrouver dans l'émission

Un Congo en prise avec ses croyances... « Kongo », film de clôture à la sélection ACID au Festival de Cannes 2019, est sorti juste avant le confinement et de retour dans les salles. On en parle avec les réalisateurs Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav.

"Médard dans la carrière des Chinois" ("Kongo", Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav, 2019)
"Médard dans la carrière des Chinois" ("Kongo", Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav, 2019) Crédits : © Expédition Invisible

Issu du cinéma expérimental (il a été l'assistant de Philippe Garrel pendant dix ans), Hadrien La Vapeur découvre les rituels de possession au Brésil. Marqué par cette expérience, il se lance dans l'exploration des liens que les vivants peuvent entretenir avec les morts.

Corto Vaclav est quant à lui anthropologue de formation. Passionné par Jean Rouch et par l'Afrique, il travaille deux années de suite pour le Comité du Film Ethnographique. Il y rencontre Hadrien La Vapeur et tous deux se rendent au Congo, un pays où les hommes vivent au quotidien avec le monde des ancêtres. Preneur de son au début du voyage, Corto Vaclav prend finalement complètement part au projet. Ils fondent le label Expédition Invisible pour regrouper leurs différents travaux et réalisent ensemble des films comme L’Etrange histoire de prince Dethmer (2018), qui a notamment reçu le prix du meilleur court métrage au festival Premier Plan d’Angers.

Présenté en film de clôture à la sélection ACID au Festival de Cannes 2019, leur dernier film, Kongo, dont la sortie a été interrompue par la crise sanitaire, est de retour dans les salles de cinéma.

Dans ce film tout est vrai; c'est un documentaire, mais on s'est servis de plusieurs rituels, plusieurs pèlerinages, pour bricoler, ajouter certains plans de moments qui se passaient à différents mois de l'année. Mais le fond de l'histoire est vrai.  
(Hadrien La Vapeur)

Six ans de travail pour suivre l’apôtre Médard, un guérisseur de Brazzaville, dans son quotidien : consultations médicales, cérémonies religieuses... Le récit se centre progressivement sur une sombre affaire de sorcellerie, deux enfants mystérieusement frappés par la foudre. Désormais accusé de magie noire, Médard décide de rendre visite aux sirènes, créatures puissantes mais secrètes. Un pacte est scellé avec l'une d'entre elles : elle l'aidera si lui l'aide en échange. Symbole d'un monde où perdurent les croyances ancestrales, les sirènes sont en effet menacées par la modernité, laquelle prend ici la forme de multinationales chinoises venant exploiter les ressources et détruire les paysages.

Ce que notre monde a apprendre de l'Afrique aujourd'hui, c'est le fait de se remettre dans une conception de groupe et d'héritiers : notre société exacerbe l'individualisme, le génie d'une personne, sa force (...) alors qu'en Afrique, on rappellera toujours que la beauté d'un homme ou la fertilité d'une femme, son intelligence, sa possibilité de gagner de l'argent, ne lui appartiennent pas, elles appartiennent au groupe, à la famille, car les ancêtres ont réparti leurs compétences, leurs attributs, aux différents membres.  
(Corto Vaclav)

Soucieux de filmer l'invisible, les réalisateurs entendent s'écarter du regard anthropocentré de la tradition occidentale – le titre du film, « Kongo », reprend d'ailleurs l'écriture coloniale comme pour la retourner. Pour eux, il ne s'agit pas de juger mais d'accepter l'incursion quotidienne de la magie. En somme, de filmer l'invisible.

On avait presque envie de vérifier sir la magie et la sorcellerie avaient encore des effets vérifiables, par (...) le langage, par la façon dont, au Congo, cette dimension est omniprésente, des hautes sphères de la société aux personnes les plus modestes.    
(Corto Vaclav)

On a décolonisé notre regard pour se dire qu'il faut arrêter de croire ou de ne pas croire, filmer ce qui vient et accepter complètement cette réalité.    
(Corto Vaclav)

Un film hybride où se côtoient le réel et la fiction, presque un conte, qui nous apprend peu à peu à accepter la possibilité d'un autre monde.

Extraits sonores : 

  • Bande annonce de Kongo (Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav, 2019)
  • Jean Rouch : "Les Maîtres fous" (Archive INA-Radio France/ 01/09/1957)

Bibliographie

"Kongo" (2019)

KongoHadrien La Vapeur et Corto VaclavPyramide Films, 2019

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......