LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Stock exchange graph

Esther Duflo, être économiste en temps de crise

33 min
À retrouver dans l'émission

Quel rôle de l'économiste dans la cité en temps de crise ? Esther Duflo, prix Nobel d'économie 2019 et co-auteure de l'ouvrage "Économie utile pour des temps difficiles" (avec Abhijit V. Banerjee, Seuil, 2020), est notre invitée.

Stock exchange graph
Stock exchange graph Crédits : Andriy Onufriyenko - Getty

Pour faire face à la crise historique causée par la pandémie de coronavirus et le confinement, de nombreux pays ont mis en marche des plans de relance destinés à sauver leur économie. C’est notamment le cas de la France, le premier ministre Jean Castex ayant présenté jeudi 3 septembre le plan « France Relance» et ses 100 milliards d'euros. Avant lui, en mai, Emmanuel Macron et Angela Merkel s’accordaient sur une émission de dette commune européenne de 500 milliards d’euros pour sauver les pays mis en danger par la crise. Puis Ursula von der Leyen, la présidente de l’exécutif communautaire, présentait le plan de l’Union européenne pour aider l’Europe à surmonter les ravages de la pandémie : 750 milliards d’euros pour aider le continent à sortir de cette récession sans précédent. D’autres solutions ont également été avancées, à commencer par le rétablissement de l’Impôt sur la fortune (ISF)

Je pense que les économistes ont été plus écoutés aujourd'hui qu’à une époque, en particulier la grande époque de Reagan où dominait une vision de l’économie très caricaturale mais très puissante, et qui domine encore la perception des économistes ainsi qu'une partie de leurs recommandations dans l’espace public.                
(Esther Duflo)

Avec "Économie utile pour des temps difficiles", on a voulu se faire les messagers d’une profession beaucoup plus riche que l’image qu’on en a généralement.                
(Esther Duflo)

Elle prône elle aussi ce retour à l’ISF, mais, précise-t-elle, sous une autre forme. Economiste, prix de la Banque de Suède en sciences économiques à la mémoire d'Alfred Nobel en 2019, Esther Duflo est notre invitée. Professeur d'économie au Massachusetts Institute of Technology (MIT), elle est aussi la Première titulaire de la Chaire « Savoirs contre Pauvreté » créée au collège de France, en collaboration avec l’AFD (2009). Avant le confinement, elle publiait avec son mari Abhijit V. Banerjee Économie utile pour des temps difficiles (Seuil),  un ouvrage qui s’attaque aux idées reçues sur la pauvreté, l’immigration, le libre-échange, la croissance, les inégalités ou encore le changement climatique et qui propose des alternatives.

Aux Etats-Unis, les inégalités raciales sont devenues encore plus marquées. […] Aujourd’hui, ajustées pour l’âge, la probabilité de décéder du coronavirus est trois fois plus élevées pour les Afro-américains, les Latinos et les American-Indians.            
(Esther Duflo)

Partisane d’une économie pragmatique, Esther Duflo est cofondatrice du laboratoire d'Action contre la Pauvreté, Abdul Latif Jameel (J-PAL), une institution spécialisée dans la méthode de l'évaluation aléatoire des programmes de lutte contre la pauvreté.  Elle a ainsi mené plusieurs expériences de terrain - principalement en Inde - et s’est illustrée, aux côtés de  Abhijit Banerjee et Michael Kremer, avec qui elle partage le Nobel, dans son application de la méthode du RCT (« randomized controlled trials ») dans ses enquêtes, soit l’équivalent de la méthode des essais cliniques appliqués à l’économie. L’originalité de ses travaux sur la pauvreté dans les pays en développement  lui a valu cette récompense du jury.  

Il n’y a aucune raison de se préoccuper des déficits ou de la dette sur le court terme : En ce moment, les taux d’intérêt sont très faibles, la notation de l’Europe ne va pas baisser parce que l’Europe s’endette pour faire face au coronavirus, et toutes les dépenses qu’on fait aujourd’hui vont permettre d’éviter des dépenses beaucoup plus importantes dans les années à venir si on s’enlisait dans la crise.          
(Esther Duflo)

Le problème de la pauvreté, c’est que quand on est suffisamment pauvre apparaissent des phénomènes de trappes de pauvreté : il est de plus en plus difficile de sortir de la pauvreté. Dans les trente dernières années […], il y a eu des sorties de ces trappes de pauvreté, mais le coronavirus risque de faire retomber les gens dedans.      
(Esther Duflo)

Extraits sonores : 

Intervenants
  • Economiste et professeur en économie du développement au MIT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......