LE DIRECT
Women's March du 21 janvier 2017 à Washington DC (Etats-Unis)

Féminismes, une histoire en mouvement

33 min
À retrouver dans l'émission

Une histoire des féminismes croisant questions de genre et questions raciales, c’est ce que propose l’ouvrage "Ne nous libérez pas, on s’en charge" (La Découverte). On en parle avec l'une de ses autrices, l’historienne Florence Rochefort.

Women's March du 21 janvier 2017 à Washington DC (Etats-Unis)
Women's March du 21 janvier 2017 à Washington DC (Etats-Unis) Crédits : Bill Tompkins / Contributeur - Getty

Florence Rochefort est historienne au CNRS (Groupe Sociétés Religions Laïcités). Centrant notamment ses recherches sur les aspects religieux et laïques de la mobilisation féministe en France aux XIXe et XXe siècles, elle a codirigé Le Siècle des féminismes (L’Atelier, 2004), Qu’est-ce que le genre ? (Payot, 2013) et a publié une Histoire mondiale des féminismes (PUF, « Que sais-je ? », 2018). Elle est par ailleurs co-directrice de la revue Clio, Femmes, genre, Histoire et membre du comité d’administration de Mnémosyne, association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre.  

Elle publie avec Bibia Pavard et Michelle Zancarini -Fournel Ne nous libérez pas, on s'en charge. Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours (La Découverte, 27/08/2020). A travers cet ouvrage mêlant théorie et expériences de vie, il s'agit d'étudier les féminismes au prisme de l’intersectionnalité et du genre, de 1789 à aujourd'hui. Les féminismes, car ils sont pluriels, parfois traversés par des tensions.

Comprendre comment les discussions d'aujourd'hui, notamment l'intersectionnalité, ont des antécédents et comment est-ce que dans l'Histoire on peut trouver des élément de réflexion pour aujourd'hui. (Florence Rochefort)

Dans une démarche socio-historique, l'ouvrage vise notamment à empêcher l'amnésie historique, en parlant des grandes figures du féminismes, les Simone de Beauvoir et les Olympe de Gouges, mais aussi des autres, moins connues, et des hommes qui ont contribué à la cause. Pour exemple, Jacques Marie Rouzet, député de la Haute Garonne, qui réclame en 1793 et 1795 le droit de vote pour les femmes.

On a voulu inclure dans notre définition, pas seulement un féminisme intellectuel, théorique, mais des mouvements populaires qui réclament de façon assez spécifique leur rôle de citoyennes actives qui sont dans la rue, dans les clubs, et elles vont en être exclues. Elles sont inclues dans notre récit parce qu'elles parlent en tant que femmes pour réclamer parfois leurs droits à porter des armes, à certains métiers... mais aussi à être reconnues comme citoyennes, comme révolutionnaires, (.. ) comme actrices de l'action politique. (Florence Rochefort)

Commençant par la Révolution française, moment d'apparition d'une conscience politique des femmes, passant par le renouveau de 1949 avec Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir, par Mai 68, jusqu'à aujourd'hui et au combat #MeToo, véritable raz-de-marée grâce au travail de communication de ses actrices et acteurs.

La possibilité d'avoir une indépendance économique de la Révolution française à nos jours est essentielle, une première étape de l'autonomie. (Florence Rochefort)

Si on n'est qu'un miroir, si on n'est qu'un regard, qu'une projection du désir masculin, on ne peut pas être autonome et réaliser sa subjectivité. (Florence Rochefort)

  • Virginie Despentes, "Les couilles sur la table", "Meuf King Kong", 11 septembre 2019
  • Archive ORTF de Delphine Seyrig (30/09/1972) suivie d’une intervention d’Alice Coffin dans La Midinale (13/10/2020)
  • "Soy una Mujer" de JUR, album Sangria sorti le 13/11/2020
Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......