LE DIRECT
Rassemblement solidaire de l’organisation Campact devant la Chancellerie fédérale à Berlin en soutien au lanceur d'alerte Edward Snowden, le 4 juillet 2013.

Internet et libertés publiques : qu’est ce qui a changé depuis Snowden ?

33 min
À retrouver dans l'émission

Les révélations d'Edward Snowden ont-elles provoqué plus qu'une prise de conscience? Que nous disent-elles de l'utopie déchue d'internet? Félix Tréguer, co-fondateur de la Quadrature du net, nous en parle dans "L’utopie déchue"" (Fayard, 2019).

Rassemblement solidaire de l’organisation Campact devant la Chancellerie fédérale à Berlin en soutien au lanceur d'alerte Edward Snowden, le 4 juillet 2013.
Rassemblement solidaire de l’organisation Campact devant la Chancellerie fédérale à Berlin en soutien au lanceur d'alerte Edward Snowden, le 4 juillet 2013. Crédits : Christian Ditsch / Contributeur - Getty

Alors qu’internet devait permettre l’émergence d’une société plus libre et plus démocratique, c’est, dit-il, tout l’inverse qui s’est produit. Chercheur associé au Centre Internet et Société du CNRS, membre fondateur de l’association La Quadrature du Net, qui défend les libertés numériques en France, Félix Tréguer déplore la chute de l’utopie émancipatrice et révolutionnaire que représentait l’Internet des origines. 

Il nous en parle dans L'utopie déchue (fayard, 2019), une contre-histoire qui, dans la lignée des travaux de Michel Foucault, revient sur la question des libertés et montre que celle-ci dépasse le cadre de l’informatique et du web. Il montre ainsi que, de l’invention de l’imprimerie au XVème siècle aux usages actuels de la technologie, les gouvernements ont toujours su s’approprier les communications pour contrôler les individus.

Quand on considère l’histoire de l’informatique depuis les années 1950, l’apparition de l’ordinateur personnel transforme complètement la vision qu’on a de la machine. Jusque là, l’ordinateur était une grosse machine associée à un pouvoir technocratique. L’arrivée de l’ordinateur personnel porte l’espoir d’une distribution du pouvoir.    
(Félix Tréguer)

Oublié le rêve des pionniers, ces hackeurs nourris de contre-culture. L’utopie internet a été réappropriée par les appareils de surveillance étatiques et par les entreprises californiennes qui s’en donnent à coeur joie pour récolter les données des utilisateurs. Une surveillance que les tenants du pouvoir justifient aujourd’hui par la lutte contre le terrorisme, n’hésitant pas, au nom de celle-ci, à commettre de nombreux abus vis-à-vis des libertés et des droits fondamentaux. Des abus dénoncés par des lanceurs d’alerte tels que Julian Assange, actuellement détenu par les autorités britanniques, ou Edward Snowden, qui vient de publier ses mémoires (Mémoires vives, Seuil) et dont les révélations en 2013 font prendre toute la mesure des capacités de surveillance des Etats.

On est obligés de vivre dans un monde que l’on refuse. [...] Il faut aller vers une désescalade technologique, en passer par des prises de conscience individuelles et collectives. Il faut désirer une vie avec moins d’informatique.    
(Félix Tréguer)

S’il se dit profondément déçu par les défaites essuyées au cours de ses dix ans de lutte, Félix Tréguer ne pose pas pour autant un constat d’échec. Il s’agit désormais, écrit-il, d’ « arrêter la machine », de cesser de placer des espoirs aveugles dans le progrès que les technologies sont censées incarner et de revenir sur ses erreurs. Son ouvrage, en fin de compte, ne s’intéresse pas aux technologies à proprement parler, mais aux dispositifs de pouvoir, aux idéologies et aux rapports de force dont elles sont l’instrument.

Extraits sonores : 

  • Edward Snowden (France Inter, 16/09/2019 et TF1, 14/09/2019)    
  • Les révélations de Julian Assange (ARTE Reportage, juin 2019)

Bibliographie

Intervenants
  • Chercheur post-doctorant au CERI, SciencesPo et membre fondateur de la Quadrature du Net.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......