LE DIRECT
Couple

Le désir, nouveau visage de l’amour ?

31 min
À retrouver dans l'émission

Le désir est-il le nouveau nom de l’amour? L'écrivaine et essayiste Belinda Cannone nous parle des métamorphoses de l'amour dans son dernier ouvrage, "Le nouveau roman de l’amour" (Stock). Elle est notre invitée aujourd'hui.

Couple
Couple Crédits : Tetra Images - Getty

Belinda Cannone est romancière et essayiste. Elle publiait en septembre 2020 chez Stock Le Nouveau Nom de l’amour.

"Amour-désir" devrait être ce nouveau nom . Car, écrit-elle, nous nous trouvons dans une phase de transition :  le désir, autrefois décrié comme péché ou comme simple pulsion, est aujourd'hui reconnu comme nécessaire. Or cette acceptation est aussi devenue un problème au sein du couple. Alors que l'on rêve d'amour pour toujours, on vit dans le désir du désir, le tout menant à la séparation inexorable.

Ce qui a modifié l'amour en profondeur, c'est l'irruption du désir, qui a toujours été à côté de l'amour dans la tradition. (Belinda Cannone)

Je crois qu'aujourd'hui, le résultat de la libération sexuelle de la fin du XXème siècle fait que le désir n'est plus un péché, on est peut-être en train de le considérer comme un peu plus qu'une pulsion. (Belinda Cannone)

Mais l'ouvrage nous invite à voir la séparation autrement que comme un problème. Loin d'être ce simple désir consumériste dont on targue aujourd'hui la jeunesse, l’amour-désir engage « deux corps-esprits »: c'est un amour de tout l'être, sur le plan charnel mais aussi affectif, émotionnel et intellectuel. Revenant sur l'histoire de l'amour et du désir, l'ouvrage montre ainsi qu'avec la transformation du statut du désir est advenue une transformation du couple.

On cherche le plaisir pour soi, et, parfois, on peut trouver du plaisir toute seul, on peut même trouver du plaisir tout seul avec un autre (…) tandis que dans le désir, l'autre est au cœur de la phrase et de la psyché de celui qui désire. (Belinda Cannone)

Au moment de la rencontre et de la séduction, les femmes ne sont pas les égales des hommes ; (…) on a déjà atteint la liberté sexuelle mais on n'a pas atteint l'égalité sexuelle. (Belinda Cannone)

Si elle admet une grande diversité dans les formes amoureuses et des mariages qui, parfois, durent, nous devenons, dit l'auteure avec humour,  des « polygames lents» : le désir est à la base de l’amour, lequel, par ce fait même, ne peut durer. D'où d'ailleurs des divorces ou séparations de plus en plus fréquents. Les unions sont prises dans deux temporalités asynchrones : le temps long de l’attachement affectif et celui, plus éphémère, du désir. La « polygamie lente », « merveilleux entremêlement du désir vif et de l’amour », est une nouvelle manière de faire couple, un engagement non moins profond, mais guère éternel.

Si on décide que le désir est un ingrédient essentiel du couple, comme sa durée de vie est souvent plus volatile, le couple se défait et se recompose en incluant un désir vif. (Belinda Cannone)

Extraits sonores:

  • La Leçon de piano (Jane Campion, 1993)
  • Catherine Malabou (France inter, L'Heure bleue, 07/12/2020)
  • François Jullien (Editions M-Editer,12/04/2016)

Chroniques

13H20
6 min

Le Rendez-vous de la médiatrice

L’affaire Olivier Duhamel, les podcasts sur France Culture
Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......