LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Signe de reconnaissance de nos expériences passées, acte identitaire, ou stratégie de distinction culturelle, le rire dit tant de nous.

Le rire est-il un marqueur social ?

32 min
À retrouver dans l'émission

Dis-moi de quoi tu ris, je te dirai qui tu es, pourrait-on demander. A quel point le rire est-il une réaction construite ? On en parle avec notre invitée, la sociologue Laure Flandrin, auteure de "Le rire. Enquête sur la plus socialisée de toutes nos émotions" (La Découverte, 2021).

Signe de reconnaissance de nos expériences passées, acte identitaire, ou stratégie de distinction culturelle, le rire dit tant de nous.
Signe de reconnaissance de nos expériences passées, acte identitaire, ou stratégie de distinction culturelle, le rire dit tant de nous. Crédits : Maxppp

L’historien Jacques Le Goff ouvre la voie de l’étude du rire au cœur des sciences sociales en étudiant les pratiques du rire au Moyen-âge, puis enquête sur le rire au cours de l’histoire. Avec Le rire. Enquête sur la plus socialisée de toutes nos émotions (La Découverte, 2021), Laure Flandrin lui emboîte le pas en s’emparant des outils de la sociologie pour disséquer notre pratique du rire. A partir d’une enquête quantitative auprès de 210 personnes et d’entretiens approfondis, la sociologue légitime le rire comme objet d’étude. Signe de reconnaissance de nos expériences passées, acte identitaire, ou stratégie de distinction culturelle, le rire dit tant de nous.

Il y a une universalité de l’expressivité faciale. Le rire n’est même pas un invariant de l’espèce humaine. Mais ce que j’ai essayé de démontrer, c’est qu’il y a également de l’universalité dans les contenus narratifs, dont les habits varient culturellement. Il y a des grands schèmes du comique qui circulent et qui expriment les formes culturelles du rieur. Il y a de l’universel et de l’incarnation. (Laure Flandrin)

Le rire nous est dépendant de notre environnement : circonstancié et circonstanciel, personnalisé et personnel. Il n’échappe pas aux logiques de notre société : le rire classe et hiérarchise, le rire est donc politique dans la mesure où il est le témoin d’un ordre. Le rire exprime la verticalité et la hiérarchisation du monde social. 

Le rire est une façon de dévaluer des choses qui ne peuvent l’être dans la réalité. C’est une compensation. Le pouvoir transgressif du rire n’est pas du tout évident. Il y a un conservatisme du rire. (Laure Flandrin)

Entre rire populiste et rire savant, la division de la matière du rire doit nous amener à nous demander si aujourd’hui le rire divise plus qu’il ne rassemble ? L’objet de nos rires est-il aussi parcellisé que notre société ? A chaque rieur son objet du rire ? Le rire rassemble-t-il encore ? Car l’expansion de l’industrie du rire a conduit à une spécialisation. 

Une des idées reçues sur le rire serait de penser qu’on ne rit que de quelqu’un d’autre que soi, d’un étranger. Alors qu’à l’examen, le rieur met souvent à distance quelqu’un qui lui ressemble. Il y a plus de proximité qu’on ne le croit entre le rieur et le moqué. (Laure Flandrin)

Extraits sonores : 

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......