LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Salle de classe vide

Que fait l’école pour ceux qui n’y trouvent pas leur place ?

33 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec Rachid Zerrouki, enseignant, auteur de l'ouvrage "Les incasables" (Robert Laffont, août 2020).

Salle de classe vide
Salle de classe vide Crédits : Getty

Rachid Zerrouki a enseigné en classe SEGPA de 2016 à 2019. Dans cette Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté se trouvent des élèves aux parcours multiples, orientés après le CM2 parce qu’ils n’ont pas les compétences normalement acquises en fin de primaire, animés par un même sentiment de honte, d'impuissance. 

Il y a un tri qui se fait beaucoup trop tôt : dès l’âge de 10 ans, ces élèves sont orientés vers une section qui les condamne, leur ferme les portes des études universitaires. Ce n’est pas toujours un choix, c’est parfois douloureux. (Rachid Zerrouki)

Est-ce qu’il faut révéler à ces élèves si jeunes que les dés sont pipés ? (Rachid Zerrouki)

De son expérience auprès d'eux, il a fait un livre, Les incasables (Robert Laffont, août 2020), témoignage de son propre parcours en tant qu’élève au Maroc puis en France jusqu'à son enseignement en SEGPA, ses doutes, sa vocation, ses difficultés, ses erreurs et ses victoires. Un livre qui faire ressentir cette réalité, plus qu'il ne livre de leçons, qui va au-delà des discours pédagogiques pour une rencontre authentique avec ces élèves, ces classes. 

L’école est la seule maison à m’avoir suivie partout. (Rachid Zerrouki)

Rachid Zerrouki nous raconte d'abord son parcours, une trajectoire qui doit tout à l'école publique française, comme il le dit : elle lui a tout donné, du stylo plume jaune distribué aux élèves boursiers de l'école française de Fès aux connaissances transmises par ses professeurs, jusqu'à sa vocation de transmettre à son tour. Mais il confie avoir été dans des conditions favorables : de ses parents (son père était enseignant), il a hérité d’une disposition à l'apprentissage, d'une culture de l'école. Mais que fait l’école pour les autres, ceux qui n’ont pas reçu de leur milieu cette soif de connaissance ? Les inégalités se creusent, notamment en période d'enseignement à distance pour cause de crise sanitaire.

Il y a quelque chose qui relève de l’héritage culturel dans l’utilisation des technologies. Je me suis senti très impuissant dans cet enseignement à distance. (...) Ces élèves n'ont pas les compétences informatiques innées qu'on leur attribue. (Rachid Zerrouki)

Adepte des pédagogies alternatives lors de ses études et de ses premières années d'enseignement auprès d'un public plus favorisé, il les a progressivement remises en question face à ses élèves en classe SEGPA. Convaincu par le passé du bienfait des pédagogies actives, qui mettent l’élève au centre, il s'est rendu compte à quel point l'autonomie soi-disant naturelle des enfants était en fait une disposition héritée d'un milieu social. Face à des élèves sans soif d'apprentissage, il devait donner faim, et pas seulement donner à manger, pour reprendre une métaphore qui lui est chère. Sa pédagogie, aujourd'hui, est essentiellement guidée par la pratique. Différenciée pour s'adapter aux besoins de chacun, elle repose sur la compréhension de la situation de l'élève, une "empathie sèche" - pour reprendre un concept du psychiatre Jacques Hochmann - qui remet la bienveillance au coeur du processus éducatif. 

Extraits sonores :

  • Marie Cohen-Skalli, directrice d'Emmaüs Connect - 31 mai 2015 - France Culture
  • Bernard Lahire - La Grande Table - 2 septembre 2019
  • France 3 - paroles de professeur Segpa / Ajaccio

Bibliographie

couverture

Les incasablesRachid ZerroukiRobert Laffont, 2020

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......