LE DIRECT
Bruno Latour en 2010 à Paris

Bruno Latour : "Ce virus est là pour nous préparer à l'épreuve suivante, le nouveau régime climatique"

33 min
À retrouver dans l'émission

Confinement : plus la leçon est dure, plus elle est durable... C'est l'une des leçons de Bruno Latour, pour qui le confinement nous invite à redevenir "terrestres". Il est notre invité aujourd'hui.

Bruno Latour en 2010 à Paris
Bruno Latour en 2010 à Paris Crédits : MIGUEL MEDINA / AFP - AFP

Bruno Latour est sociologue, ethnologue, et philosophe des sciences, il est le principal curateur de la biennale de Taipei, qui a ouvert ses portes le 21 novembre. Il co-dirige aussi l’exposition« Zones critiques » au Zentrum für kunst und mediem de Karlsruhe, présentée jusqu’en août 2021, enseigne à Sciences Po Paris, où il a créé SPEAP, un enseignement «d’expérimentation en Arts Politiques», et est le fondateur du Medialab français de Sciences Po.

La leçon, c'est que le genre d'êtres avec lesquels nous sommes appelés à vivre et à survivre sont plutôt des êtres comme le Covid que des êtres comme ceux qu'on imaginait avant, avec des bords bien clairs et qui ne réagissaient pas avec violence à nos actions, de objets au sens de la tradition. (Bruno Latour)

Il publie Où suis-je?" — Leçons du confinement à l'usage des terrestres (La Découverte, les empêcheurs de penser en rond, 21/01/2021), un livre qu'il place dans le prolongement de la réflexion développée dans des ouvrages comme Face à Gaïa et Où atterrir ? et qu'il ancre dans l'actualité du Covid-19.

A partir de la nouvelle de Kafka, La Métamorphose, il montre que le confinement nous a métamorphosés nous aussi. Nous nous sommes trouvés immobilisés comme l'est Gregor Samsa, qui se réveille un matin changé en insecte, enfermé dans un corps qui peine à se mouvoir. De cette expérience, des questions émergent, nous poussant à nous situer d'une autre manière que celle, actuelle, qui ferait par exemple prévaloir l'économie et la croissance.

Cette crise est ainsi reliée à ce que l'auteur a, dans de précédents ouvrages, nommé « Gaïa » : dans une telle perspective, nous devenons des « terrestres », à l'égal de tout le « vivant » sur Terre. "Terre" avec une majuscule, formée de tout ce qui existe dans une mince couche qui se trouve à la surface et sous celle-ci, dans ce qu'il nomme « la zone critique ».

On est confinés de chez nous et, quand on sortira de chez nous, on sera encore confinés, cette fois ci positivement mais à l'intérieur d'un espace dont on aura mesuré les limites et la consistance, (…) ce que j'appelle le deuxième confinement : on est à l'intérieur de la terre, pas dans un espace infini. C'est quelque chose qu'on savait, mais on l'avait oublié. (Bruno Latour)

Se pose de surcroît la question de l'engendrement, pour laquelle toute supposée appartenance à un lieu dépend de bien d'autres. Aucun organisme vivant ne peut exister seul, et cela vaut aussi pour les pays riches, qui ne sont riches que de la pauvreté des autres. Pour Bruno Latour, il s'agit donc de penser non plus en termes d’identité mais en termes de superposition et d'empiètement, dans les rapports d'association, dépendance, superposition avec le reste du vivant.

Extraits sonores:

  • Extrait de La Mouche (David Cronenberg, 1986)
  • Discours du Pape François devant l'assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies, au siège de l'ONU à New-York. Voyage apostolique du Pape aux Etats-Unis, du 22 au 28 septembre 2015.
  • Dominique Le Guludec (France Inter, Matinale, 25/01/2021)

Bibliographie

"Où suis-je ?"  de Bruno Latour

Où suis-je ?Bruno LatourLes empêcheurs de penser en ronde, 2021

Intervenants
  • philosophe, sociologue, professeur émérite associé au medialab de Sciences Po

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......