LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ouvriers pendant une sieste sur une poutre du chantier du bâtiment RCA, à Manhattan.

Travailler ? Pour quoi faire...

31 min
À retrouver dans l'émission

Dans son nouvel essai "Troubles dans le travail: sociologie d'une catégorie de pensée" (Puf, 2021), la sociologue Marie-Anne Dujarier revient sur une catégorie de pensée floutée, annonçant différents scénarios pour l'avenir : fin du travail, travail sans fin ou travail de la fin?

Ouvriers pendant une sieste sur une poutre du chantier du bâtiment RCA, à Manhattan.
Ouvriers pendant une sieste sur une poutre du chantier du bâtiment RCA, à Manhattan. Crédits : Brettman - Getty

La sociologue Marie-Anne Dujarier, professeure à l'université de Paris et membre du Laboratoire de Changement Social et Politique (LCSP) est notre invitée ce matin. Elle est l'autrice de Les travailleurs du management : Acteurs, dispositifs et politiques d’encadrement (2020, Octorès) et de L'idéal au travail (Puf, 2006). 

Avec son nouvel essai Troubles dans le travail : sociologie d'une catégorie de pensée (Puf, 02.09.2021), Marie-Anne Dujarier nous invite à déplier la généalogie du terme "travail" afin d'en comprendre les troubles actuels. 

On peut observer un flou qui s'entend dans les débats à la fois sociaux mais aussi subjectifs : entre nous et en nous sur ce qui est du "travail". Est-ce qu'un stagiaire travaille? Est-ce qu'un youtubeur travaille? Est-ce qu'une femme au foyer travaille? Est-ce qu'un animal travaille? Est-ce qu'un robot travaille? Toutes ces questions égrainent à la fois nos débats et nos doutes. Alors je me suis intéressée à la question de ce que nous appelons "travail" dans la société aujourd'hui. (Marie-Anne Dujarier)

Elle souligne notamment la polysémie du terme "travail" qui en avantage certains autant qu'elle en désavantage d'autres. 

Parfois, la polysémie ce n'est pas un problème, mais une arme. (Marie-Anne Dujarier)

A l'heure du _capitalocène_, où hypocritement les bullshit jobs sont valorisés comme du "travail" tandis que le bénévolat écologique ou le care, lui, ne l'est pas, la sociologue se demande quel avenir est à envisager pour le travail.

Par exemple, Marie-Anne Dujarier cite l'exemple de l'autoproduction, utile du point de vu de l'urgence climatique mais qui n'est pas véritablement incluse dans la catégorie "travail".

Est-ce que lorsque vous autoproduisez, par exemple quand vous avez un jardin dont vous espérez pouvoir vivre, vous travaillez? On ne sait pas. Parce que ce n'est pas considéré comme du travail par les institutions, ce n'est pas compté comme une richesse ou dans les statistiques, ça ne fait pas partie des politiques publiques, vous ne bénéficiez pas du code du travail. (Marie-Anne Dujarier)

Finalement,

L'urgence climatique interroge directement une des dimensions du travail : qu'est-ce qu'il faut produire qui soit utile aujourd'hui? Je suis une de ces personnes qui s'étonne que la cause écologique croise si peu la question du travail. (Marie-Anne Dujarier)

Extraits sonores:

  • Serge Gainsbourg, Le poinçonneur des lilas
  • Extrait d'une vidéo YouTube de la youtubeuse Léna Situations
  • "Revenu universel", Gaspard Koening, extrait de son Tedx 2017
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......