LE DIRECT
Annette Messager, Abracadabra

Annette Messager : « Il y avait ces blockhaus et ces hôpitaux, que j’aimais… »

5 min
À retrouver dans l'émission

D’elle, on connaît ses installations qui flirtent avec la menace. Un lien, peut-être, avec son enfance passée à Berck Plage, entourée par des blockhaus, des hôpitaux, et son père architecte, malade lui aussi. Annette Messager expose Sleeping Songs à la galerie Marian Goodman, jusqu’au 19 Juillet.

Annette Messager, Abracadabra
Annette Messager, Abracadabra Crédits : Rebecca Fanuele

L’enfance, passée à Berck Plage, a été marquée par la maladie. Celle des occupants des deux hôpitaux, face à la plage, entourés par deux blockhaus – derniers vestiges de la guerre :

C’était très beau cette immensité, comme ça, avec le sable très blanc, entouré par les hôpitaux et les blockhaus. Et dans la ville, il n’y avait quasiment que des malades… Pour moi, c’était des présences très fortes de vivre avec des malades.

Une présence visuelle forte, conjuguée à celle de son père, malade lui aussi, et architecte, avec qui le jeu autour des arts plastiques était constant. 

Celle dont l’univers est marqué par un tissage autour des attribues de l’enfance, oscillant sans cesse entre menace, rêve et ambivalence, se souvient :

Mon père me parlait d’art et de peinture dès le matin, avec les croissants, et il n’y avait que moi qui l’écoutais. Pour moi, créer c’était normal… Il avait même dit à un ami, qui me donnait des cours de peintures mortes, "Posez-lui des objets, mais surtout, ne lui apprenez rien, ne la déformez pas".

Annette Messager propose jusqu’au 19 Juillet à la galerie Marian Goodman Sleeping Songs.

Intervenants
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......