LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

1911 : La France passe à l'heure de Greenwich

57 min
À retrouver dans l'émission

Jacques Gapaillard, Philippe Laudenbach, Olivier-Sauzereau et Aurélie Luneau
Jacques Gapaillard, Philippe Laudenbach, Olivier-Sauzereau et Aurélie Luneau Crédits : Radio France
Jacques Gapaillard, Philippe Laudenbach, Olivier-Sauzereau et Aurélie Luneau ©Radio France/ Hélène Combis-Schlumberger "Capitaine, nous sommes des ânes !... – Que voulez-vous dire ?... – Voyons, capitaine, le méridien par rapport auquel vous avez compté les degrés de longitude, c’est naturellement le méridien de Greenwich ?... – Évidemment, ce n’est pas celui de Tombouctou ! – Attendez ! Le chevalier de Hadoque, lui, a certainement compté en prenant comme méridien origine, le méridien de Paris, qui est situé à plus de deux degrés à l’est du méridien de Greenwich !... – Mille sabords ! Vous avez raison !". Ainsi parlaient Tintin et le capitaine Haddock dans l'album de bande dessinée "Le trésor de Rackham le Rouge", signé Hergé et paru en 1947. Mais le problème des calculs selon les méridiens remonte au moins au 18e siècle, époque au cours de laquelle on s'est demandé s'il ne fallait pas choisir un seul méridien. Sujet qui va susciter bien des discussions à l'échelle internationale, des conférences, et faire émerger, en France, des débats pour promouvoir le méridien de Paris. Peine perdue, il y a 100 ans, le 9 mars 1911, La France abandonnait son méridien poour celui de Greenwich ! C'est l'occasion, aujourd'hui, de nous intéresser au rôle des méridiens, en matière de calculs des longitudes, du temps et des horaires, de comprendre comment on a réussi à uniformiser ce système à l'échelle mondiale, tout en évoquant les affrontements, les réactions épidermiques, les querelles de souverainaté nationale et, dans le cas de la France, le rôle insolite d'un édifice comme la Tour Eiffel !
pour la science
pour la science Crédits : Radio France
Avec **Jacques Gapaillard** , professeur de mathématiques à la Faculté des Sciences et des Techniques de l’Université de Nantes où il enseigne également l'histoire des sciences ([Centre François Viète](http://www.sciences.univ-nantes.fr/cfv/))auteur d’un article trépidant dans le magazine **Pour la science** , notre partenaire chaque mois. Sans parler du livre à paraître chez Vuibert d’ici peu, intitulé *Une histoire de l’heure en France* . Et avec **Olivier Sauzereau** , astrophotographe et chercheur, spécialiste de l’histoire des observatoires de la marine, auteur notamment de *Voyage vers le soleil noir* , paru chez Belin. Et à mes côtés, le comédien Philippe Laudenbach, que l’on salue tout spécialement après les récompenses obtenues par le film Des dieux et des hommes de Xavier Beauvois, lors de la cérémonie des Césars. Et, vers 14h48, dans la seconde partie de l’émission, c’est notre reporter Catherine de Coppet qui nous emmènera à Villefranche-sur-Saône où se tient en ce moment et jusqu’au 13 mars un festival original, il s’agit de « Festiplanètes, Art et science en beaujolais », des ateliers, des spectacles, des conférences, on vs en parle dans 45 minutes !
Trois membres de la Compagnie Michel Hallet Eghayan et Michel Hallet Eghayan
Trois membres de la Compagnie Michel Hallet Eghayan et Michel Hallet Eghayan Crédits : Radio France
Trois membres de la Compagnie Michel Hallet Eghayan et Michel Hallet Eghayan ©Radio France
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......