LE DIRECT

Rosalind Franklin, dépossédée de l'ADN

59 min
À retrouver dans l'émission

La médaille de la Royal Society
La médaille de la Royal Society Crédits : D.R. - Radio France

Le 18 octobre 1962, le prix Nobel de médecine est attribué à trois hommes, James Watson, Francis Crick et Maurice Wilkins, pour la découverte de la double hélice de l’ADN. Un nom manque à l'appel, celui d'une jeune femme, anglaise, sans laquelle rien ne serait advenu à ce moment là. Elle est décédée deux ans auparavant, mais de son vivant déjà, par une série de manigances qu’elle ne perçut pas, son rôle primordial avait été dissimulé au regard de l’histoire !

Elle était chercheuse, biologiste moléculaire, brillante, passionnée par la science au service de la recherche. Issue d'une famille de la grande bourgeoisie londonnienne, d'origine juive, sa destinée selon, les critères de sa famille, ne devait pas l'amener à oeuvrer pour la science. Son caractère et ses qualités indéniables de chercheuse eurent gain de cause. Reconnue internationalement, pour ses travaux en cristallographie, c'est elle qui réalisa des clichés remarquables de l'ADN grâce à la technique de diffraction des rayons X. Le reste est une histoire digne d'un roman fiction..., mais aujourd’hui, un livre fait la lumière sur les circonstances véritables de cette découverte, et raconte l’histoire de Rosalind. Il s'agit de l'ouvrage de Brenda Maddox, Rosalind Franklin, la dark lady de l’Adn , traduit aux éditions Des femmes /Antoinette Fouque .

Un livre phare qui a marqué des scientifiques d’aujourd’hui, comme l’académicienne Nicole Le Douarin , chercheuse en biologie du développement et en embryologie, membre de la Royal Society et de la National Academy of sciences des Etats-Unis, professeur honoraire au Collège de France et membre de l’Académie des Sciences, auteur notamment du livre Le secret des êtres vivants , paru chez Robert Laffont. Et avec elle, dans cette émission, Carole Ecoffet , chargée de recherche CNRS à l'Institut des sciences des Matériaux de Mulhouse et rédactrice de notices biographiques de femmes scientifiques pour le "dictionnaire des créatrices" à paraître aux éditions « Des femmes-Antoinette Fouque ».

pour la science
pour la science Crédits : D.R. - Radio France

En seconde partie d'émission, vers 14h48, et en partenariat avec le magazine Pour la science , rencontre avec le photographe et journaliste scientifique Eitan Haddok , qui évoquera le drame qui se joue en mer morte, thème de son article « La mer morte vivra -telle ? » à retrouver dans le magazine Pour la science de ce mois de janvier.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......