LE DIRECT
Grenouille aux yeux rouges (Agalychnis callidryas) avec ses membres bien adaptés pour grimper.

Amphibiens, un monde entre deux eaux

59 min
À retrouver dans l'émission

Que connait-on des amphibiens ? Pourquoi leur diversité est-elle autant menacée et comment les protéger ? Pourquoi utiliser certaines espèces comme modèles animaux en laboratoire ?

Grenouille aux yeux rouges (Agalychnis callidryas) avec ses membres bien adaptés pour grimper.
Grenouille aux yeux rouges (Agalychnis callidryas) avec ses membres bien adaptés pour grimper. Crédits : Carey James Balboa / CC

Il y a un paradoxe chez les amphibiens, que l’on pourrait nommer « le paradoxe de la grenouille » : les amphibiens sont des organismes d’une incroyable souplesse adaptative. Et pourtant, ce sont parmi les espèces les plus menacées par l’anthropisation de leurs habitats. Si l’on continue à découvrir chaque année de nouvelles espèces d’anoures, une large partie est immédiatement classée en danger d’extinction. Les amphibiens sont une classe qui a toujours passionné les sciences, autant la biologie, la physique pour l’incroyable plasticité de leur langue, la médecine, mais aussi l’embryologie et la toxicologie, pour leur réaction très vive aux perturbateurs endocriniens, sans parler, bien sûr, de la grenouille météo.

Amphibiens, un monde entre deux eaux : c’est le programme humide qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Et pour évoquer cette vaste classe, autrefois appelée batraciens, renommée en amphibiens pour des raisons que nous allons vous expliquer dans quelques instants, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Françoise Serre-Collet, herpétologue et chargée de médiation scientifique en herpétologie de la faune française au Muséum National d’Histoire Naturelle et Claude Miaud, directeur d’études de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes et chercheur au Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Évolutive de Montpellier.

Le reportage du jour

Rencontre avec Laurent Sachs, directeur de recherche CNRS, directeur de l’Unité Physiologie Moléculaire et Adaptation au Muséum National d’Histoire Naturelle. Comment l’étude de la thyroïde chez les amphibiens nous permet de comprendre les effets de certains perturbateurs endocriniens au cours du développement des vertébrés, y compris des humains ?

Écouter
7 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage Antoine Beauchamp/ Laurent Sachs amphibiens et thyroïde

Repères

  • Le groupe monophylétique des Amphibiens est constitué des Batraciens et les Gymnophiones (cécilies). Les Batraciens regroupent quant à eux les Anoures (grenouilles, crapauds) et les Urodèles (salamandres, axolotl).
  • On estime qu’il y a environ 40% des espèces d’Amphibiens aujourd’hui menacées, en partie à cause des activités humaines.
  • Des espèces d’Amphibiens comme le xénope ou l’axolotl sont utilisés comme modèle animaux pour mieux comprendre le rôle des hormones thyroïdiennes dans le développement ou encore les processus de régénération tissulaire.

Le fil de l'émission

A retrouver aussi sur le compte Twitter de La Méthode scientifique

Pour en savoir plus

Les références musicales

Le titre du jour : "The frog princess" par The Divine Comedy

Le générique de début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

Intervenants
  • Herpétologue au Muséum national d'histoire naturelle à Paris
  • Directeur d’étude de l’École Pratique des Hautes Études ; enseignant à l’Université de Savoie et chercheur au Centre d’Écologie Fonctionnelle & Évolutive

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......