LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Molécule d'ADN

ARN interférent, la recherche désinhibée

58 min
À retrouver dans l'émission

Qu’appelle-t-on “interférence par ARN” et comment a-t-on mis en évidence ce processus ? Quels sont les trois types principaux de petits ARNs régulateurs non codants connus à ce jour ? Quels sont leur rôle ?

Molécule d'ADN
Molécule d'ADN Crédits : PASIEKA - Getty

Longtemps considérés comme de simples intermédiaires entre l’ADN et les protéines, l’ARN a fait l’objet d’un grand regain d’intérêt ces dernières années. D’une part, il n’y a pas qu’un seul type d’ARN, et la biologie cellulaire s’intéresse de très près à des brins particuliers de l’ARN, l’ARN interférent : des petits bouts d’ARN qui se baladent dans le cytoplasme de nos cellules, et qui s’avèrent très compétents pour inhiber, temporairement, certains gènes. Les applications thérapeutiques sont légion, tant dans la lutte contre le cancer que dans l’inhibition des mécaniques virales avec à terme, la promesse d’une nouvelle médecine qui pour l’heure, est encore limitée par ses coûts exorbitants. 

ARN interférent, la recherche désinhibée : c’est le programme cellulaire qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Et pour évoquer ces nouvelles pistes thérapeutiques qui sont, et ce n’est pas galvaudé, assez vertigineuses tellement elles ouvrent de nouveaux horizons de soin, nous avons le plaisir de recevoir Annick Harel-Bellan, directrice de recherche émérite au CNRS et Florence Cabon, directrice de recherche INSERM au Centre de recherche en cancérologie de Toulouse, et directrice scientifique de la société de biotechnologies SeleXel.

Le reportage du jour

Rencontre avec le professeur David Adams, neurologue au CHU du Kremlin Bicêtre, APHP. Avec son équipe, David Adams a conduit un essai clinique qui prouve l’efficacité du Patisiran, un médicament à base d’ARN interférents permettant de lutter contre une maladie rare : l’amylose héréditaire. Par Antoine Beauchamp :

Écouter
8 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage Antoine Beauchamp/ David Adams ARNi amylose

Les repères

  • L’ADN codant ne représente qu’une toute petite part du génome (environ 3%), le reste correspondant à de l’ADN non codant. Quant aux molécules d’ARN, on sait qu’elles représentent entre 5 et 10% des molécules présentes dans une cellule, et pendant longtemps, elles ont paru être de simples intermédiaires entre ADN et protéines. Mais depuis les années 90, on a découvert que certaines d’entre elles étaient importantes pour la régulation de l’expression du génome, en particulier celle de l'inhibition post-transcriptionnelle des gènes.
  • Ces ARNs non codants sont petits - généralement entre 20 et 30 nucléotides - et se lient aux ARNm de la cellule, ce qui a pour effet de diminuer voire d’empêcher leur traduction. On appelle ce phénomène l’interférence à ARN.
  • L’interférence à ARN est un outil prometteur dans le cadre de la recherche de nouvelles thérapies, notamment le cancer, les maladies virales et les amyloses héréditaires. Le 30 août 2018, l’UE approuvait d’ailleurs pour la première fois un médicament baptisé Onpattro (ou Patisiran), reposant sur le principe de l’interférence à ARN, et visant à inhiber les ARNm conduisant à la production des protéines anormales dans les amyloses.

Le fil de l'émission

Pour en savoir plus

Les références musicales

Le titre du jour : "Brain cells" par Maximo Park

Le générique de début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

Chroniques
16H52
4 min
La Recherche montre en main
Les mécanismes de défense de la plante basés sur les petits ARN interférents dirigés contre le virus du bananier modifient-ils le comportement du puceron, vecteur du virus ?
Intervenants
  • Directrice de recherche émérite au CNRS, directrice du Service de Biologie Intégrative et de Génétique Moléculaire (SBI-GeM) du CEA, au sein du l’Institut de biologie et technologie de Saclay
  • Directrice de recherche à l’INSERM au Centre de recherche en cancérologie de Toulouse, directrice scientifique de la société de biotechnologies SeleXel
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......