LE DIRECT
Vue d'artiste de la sonde spatiale japonaise Hayabusa 2

Hayabusa, un petit tour et puis s'en va

59 min
À retrouver dans l'émission

En quoi consiste la mission Hayabusa ? Que nous a-t-elle appris jusqu’à présent ? Que cherche-t-on à travers les missions spatiales pour étudier les astéroïdes et les comètes ? Comment se fait le choix des astéroïdes cibles ? Comment se font les analyses sur place ?

Vue d'artiste de la sonde spatiale japonaise Hayabusa 2
Vue d'artiste de la sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 Crédits : Go Miyazaki (CC BY-SA 4.0)

Le 22 février dernier, au terme de longues heures d’attente et de suspense insoutenable pendant la phase de descente, la sonde japonaise HAYABUSA 2 a réussi son incroyable mission : prélever à la surface de l’astéroïde Ryugu quelques milligrammes de matière, de poussière et de roche. Mais la mission d’Hayabusa n’est pas encore terminée : elle doit encore lancer un engin explosif à la surface de Ryugu, pour tenter de récupérer des particules de matière sous la surface du géocroiseur, puis revenir tranquillement vers la Terre, à l’horizon 2020 pour mettre à disposition des chercheur les fragments de roche collectés.

Hayabusa, un petit tour et puis s’en va... C’est le programme aller-retour qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans la Méthode scientifique.

Et pour nous raconter cette épopée spatiale nippo-européenne, nous avons le plaisir d’être en duplex depuis les studios de nos camarades de France Bleu Azur, à Nice, avec Patrick MICHEL, astrophysicien, directeur de recherche CNRS et responsable de l’équipe Théories et Observations en Planétologie à l’Observatoire Nice Côte d’Azur, et Philippe HENAREJOS, rédacteur en chef du magazine Ciel et Espace.

Le reportage du jour

En décembre 2020, la sonde Hayabusa2 devrait rapporter des fragments poussiéreux de l’astéroïde Ryugu. La Jaxa, Agence Spatiale Japonaise, a sélectionné parmi les analyses à effectuer l’expertise de l’équipe de Bernard Marty. Cosmochimiste au Centre de Recherches en Pétrographie et Géologie de l’Université de Lorraine et professeur de géochimie, il se prépare à la réception des échantillons. Par Céline Loozen :

Écouter
7 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - reportage "L'analyse future des échantillons rapportés de Ryugu par Hayabusa2 en 2021" avec Bernard Marty, CRPG Nancy

Quelques repères

  • L’étude de la composition des astéroïdes se fait aujourd’hui dans le but de nous aider à mieux retracer l'histoire du Système solaire dans ses phases précoces et comprendre le rôle des astéroïdes dans l'émergence de la vie sur Terre.
  • C’est ainsi que le 9 mai 2003, la sonde spatiale japonaise Hayabusa-1 quittait le Japon pour se diriger vers Itokawa, un astéroïde géocroiseur de type S. Après s’être “posée” à 2 reprises sur sa cible dans le but de prélever de la poussière de surface, la sonde est repartie avec sa précieuse cargaison vers la Terre, où 1.534 particules ont pu être analysées.
  • Le 3 décembre 2014, c’est cette fois la sonde Hayabusa-2 qui partait de la Terre en direction de Ryugu, un astéroïde géocroiseur de type C. Le 22 février 2019, elle a réussi l’exploit de prélever 100 mg de poussière de surface. Retour prévu sur Terre en décembre 2020. Une étude d’impact est également prévue, pour observer la réaction de la surface de l’astéroïde suite à un gros choc. Par ailleurs, la sous-surface de l’astéroïde va pouvoir être aussi étudiée. 
  • Dans la même veine qu’Hayabusa, la mission américaine Osiris Rex arrivait vers l’astéroïde géocroiseur de type C Bennu le 3 décembre 2018. L’objectif est le même : prélever des échantillons de surface, les rapporter vers la Terre pour les étudier, et analyser la réaction de l’astéroïde suite à un gros impact volontairement déclenché.

Le fil de l'émission

A retrouver aussi sur le compte Twitter de la Méthode scientifique.

  • Les sondes qui ont exploré des astéroïdes ou des comètes (Infographie)
  • Le touchdown d’#Hayabusa2 sur l'astéroïde #Ryugu (Vidéo JAXA)
  • Hayabusa2 : les rovers sauteurs photographient la surface de l’astéroïde Ryugu (Futura Sciences)

A réécouter

Les références musicales

Le titre du jour : “Floating in space” par Philip Glass

Le générique de début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

Intervenants
  • Directeur de recherche CNRS, responsable scientifique de la mission européenne Hera
  • Rédacteur en chef de la revue Ciel & Espace

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......