LE DIRECT
"En France, les établissements publics investissent 100 millions d'euros par an pour avoir accès aux revues en ligne. Le papier est en train de disparaître petit à petit". Marin Dacos

Fin des revues : la révolution de papier

58 min
À retrouver dans l'émission

Qu’est-ce que le libre accès ? Allons nous vers un modèle de revues à la carte ? Quels laboratoires ou personnalités figurent parmi les hérauts du libre accès ? L’Open Access a-t-il une incidence sur la relecture? Quelle part les revues en open access ont-elles aujourd’hui en termes de sources ?

"En France, les établissements publics investissent 100 millions d'euros par an pour avoir accès aux revues en ligne. Le papier est en train de disparaître petit à petit". Marin Dacos
"En France, les établissements publics investissent 100 millions d'euros par an pour avoir accès aux revues en ligne. Le papier est en train de disparaître petit à petit". Marin Dacos Crédits : Eve Etienne

Je vais vous parler d’un temps où dans une carrière scientifique, il fallait en passer obligatoirement, nécessairement, par la publication de ses travaux dans une revue payante à comité de lecture, Nature, Science ou The Lancet, pour ne citer que les trois plus célèbres. Mais ça, c’était avant. Avant une offensive concertée, qui a commencé au début des années 2000, et qui s’est renforcée très récemment avec le Plan S, un plan des principales agences de recherche européennes qui oblige les chercheurs qui ont obtenu des crédits publics à publier leurs résultats dans des revues dites “Open Access”, c’est à dire des revues accessibles gratuitement, par tous et pour tous. La science serait ainsi en train de faire sa révolution de papier.

Fin des revues : la révolution de papier : c’est le problème que nous allons tenter de démêler dans l’heure qui vient.

Et pour évoquer ce complexe problème de l’open access et du changement de modèle des revues à comité de lecture, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Claire Lemercier, ancienne présidente du conseil scientifique d’OpenEdition et actuelle membre du conseil scientifique du CNRS et Marin Dacos, directeur et fondateur d’OpenEdition, conseiller pour la science ouverte au ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche.

Le reportage du jour

Eric Filiol est directeur de recherche en sécurité informatique à l'ESIEA.  Il a publié entre-autres dans des revues dites “prédatrices” dans lesquelles il faut payer pour paraître. Ce terme n’est selon lui pas toujours approprié. Il considère que ces plateformes peuvent permettre aux chercheurs et aux laboratoires moins côtés de diffuser leurs travaux sans entraves et de participer à la propagation des connaissances sans être discriminés par les grandes revues scientifiques. Notamment des chercheurs en début de carrière ou dans des pays en développement.

Écouter
9 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage Eric Filiol

Le fil de l'émission

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les références musicales 

Le titre du jour : Science par Folly & The Hunter

Générique du début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy.

Générique de fin : "Bergschrund" par DJ Shadow.

Intervenants
  • Directeur d’OpenEdition, directeur du Cléo - Centre pour l'édition électronique ouverte.
  • Chargée de recherche au CNRS.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......