LE DIRECT
Première empreinte de pas des astroanutes de la mission Apollo 11 le 20 juillet 1969

Le jour où on a marché sur la Lune

59 min
À retrouver dans l'émission

Genèse de la conquête lunaire. Depuis quand les agences spatiales projettent-elles d’envoyer des hommes sur la Lune ? Dans le contexte de la Guerre froide, quels étaient les projets russes, américains ? Comment le programme Apollo a vu le jour ? Comment la Nasa a-t-elle réussi cet exploit en 1969 ?

Première empreinte de pas des astroanutes de la mission Apollo 11 le 20 juillet 1969
Première empreinte de pas des astroanutes de la mission Apollo 11 le 20 juillet 1969 Crédits : Purestock - Getty

Le 20 juillet 1969, à 20h56 heure de Houston, Texas, les Etats-Unis devenaient aux yeux du monde vainqueurs incontestés d’une course effrénée à l’espace, engagée moins de 10 ans plus tôt, avec qui plus est un retard important au démarrage « un petit pas pour l’homme, un bond de géant pour l’humanité », selon les mots devenus célèbres de Neil Armstrong, après 6 missions habitées, la Lune n’a plus vu le pied de l’homme depuis 1972. Mais cette désertion risque de bientôt s’interrompre : la Chine puis les Etats-Unis comptent bien renvoyer non plus seulement des hommes, mais aussi des femmes sur notre satellite naturel.

Le jour où on a marché sur la Lune : c’est le programme lunaire qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Et pour raconter l’histoire de cette course technologique et scientifique folle qui a conduit une nation à se surpasser pour envoyer en huit ans des êtres humains sur notre satellite, nous avons le plaisir de recevoir deux conteurs de choix : Philippe Henarejos, rédacteur en chef de la revue Ciel et Espace, auteur de « Ils ont marché sur la Lune, le récit inédit des expéditions Apollo » aux éditions Belin et François Forget, planétologue et astrophysicien, directeur de recherche CNRS à l’Institut Pierre Simon Laplace.

Le reportage du jour

La fusée Saturn V est emblématique du succès des missions Apollo. Comment ce lanceur, le plus puissant jamais construit, a-t-il fait gagner la course vers la Lune à la Nasa ? Rencontre avec Rémy Troppé, médiateur au planétarium du Palais de la Découverte. Il sera en conférence au Palais de la Découverte le mercredi 22 mai à 19h. Par Céline Loozen :

Écouter
6 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage Céline Loozen "Description du lanceur Saturn V des missions Apollo" avec Rémy Troppé du Palais de la Découverte

Repères

  • Dans les années 50, à l’époque où les premières sondes spatiales sont lancées vers la Lune, celle-ci est encore une grande énigme, et sujette à plusieurs controverses. Les scientifiques n’ont encore aucun modèle sur sa formation, ni de sa composition, ni de l’origine des cratères. 
  • Sur fond de Guerre Froide, les Soviétiques et les Américains se lancent dans une course à l’exploration lunaire. Dès 1960, l'Union Soviétique a de l’avance avec le programme Luna. Pourtant la Nasa, après le discours de JFK du 25 mai 1961 pour reconquérir le prestige américain, va concentrer dans le programme Apollo tous ses efforts vers l’objectif Lune.
  • Apollo 11 est la mission qui va permettre les premiers pas de l'Homme sur la Lune, répondant à l’objectif de JFK. Les astronautes Neil Armstrong et Buzz Aldrin (Michael Collins faisait également partie de l’équipage) font leurs premiers pas sur la Lune après alunissage dans la mer de la Tranquillité. Armstrong, qui est le premier à sortir du module lunaire, prononce sa phrase devenue célèbre : “That's one small step for man, one giant leap for mankind”.
  • C’était le 20 juillet 1969 à 21h56, heure de Houston, ou lundi 21 juillet à 2h56 heure française. Les premiers pas sur la Lune sont filmés par une caméra vidéo et retransmis en direct, événement suivi sur toute la planète par des millions de personnes. 
  • Après Apollo 11, le monde politique et scientifique va se désintéresser de la “conquête”’ lunaire. Plus aucun projet spatial de sera par la suite programmé. Jusqu’à très récemment, avec les nouvelles missions menées par la Chine pour l’exploration de la face cachée du satellite, qui suscite un attrait international nouveau.

Pour en savoir plus

Retrouvez tous les compléments d'information sur le fil Twitter de La Méthode scientifique

Evènements

Les références musicales

Le titre du jour : "Walking on the moon" par Police

Le générique de début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

Intervenants
  • Rédacteur en chef de la revue Ciel & Espace
  • Planétologue, directeur de recherche CNRS au Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD) de l’Institut Pierre Simon Laplace

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......