LE DIRECT
En cas d’attaque, le système immunitaire (composé d’organes, de cellules et de molécules) est impliqué dans 2 types de réponses : l’immunité innée et l’immunité adaptative.

Immunité : l’inné ou l’acquis ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Sciences |Quels sont les mécanismes cellulaires impliqués dans la réponse immunitaire innée et adaptative ? Comment se met en place la réaction immunitaire pour combattre une infection virale ? Que sait-on de celle qui survient dans le cas d’une infection au SARS-CoV-2 ?

En cas d’attaque, le système immunitaire (composé d’organes, de cellules et de molécules) est impliqué dans 2 types de réponses : l’immunité innée et l’immunité adaptative.
En cas d’attaque, le système immunitaire (composé d’organes, de cellules et de molécules) est impliqué dans 2 types de réponses : l’immunité innée et l’immunité adaptative. Crédits : WerbeFabrik - Getty

Depuis des semaines, vous entendez parler comme certainement jamais auparavant d'immunité, d'anticorps, de vaccination, de protéines de surface, de tempête de cytokines et de lymphocytes... Pour cette reprise de La Méthode scientifique en direct, nous nous sommes dit qu'il serait bon de revoir ensemble toutes ces mécaniques immunitaires de façon à comprendre ce qui est à l’œuvre avec ce nouveau virus, mais aussi quels sont les espoirs et les impasses de la recherche. Que se passe-t-il quand notre organisme rencontre un pathogène totalement nouveau ? Quelle est l'importance, peut-être sous-estimée, de la réponse immunitaire cellulaire dans la lutte contre l'infection ? Et quelle peut-être la durée de l'immunité acquise ? Autant de questions que nous allons aborder aujourd'hui, méthodiquement.

_Immunité : l'inné ou l'acquis ?_C'est le programme défensif qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue pour ce retour de La Méthode scientifique en direct. 

Et permettez moi de vous dire qu'après deux mois d'absence, c'est avec un plaisir certain et non dissimulé que je vous retrouve toutes et tous en direct du studio de France Culture dans des conditions encore modifiées par les indispensables mesures de distanciation sociale. Pas de retour du Journal des sciences pour le moment et des invités avec moi en ligne, depuis chez eux et j'ai le plaisir pour cette première émission de recevoir Alain Fischer, médecin à l'hôpital Necker Enfants Malades à Paris, professeur au Collège de France et chercheur à l'Institut Imagine et Eric Vivier, professeur d'immunologie à Aix-Marseille et praticien hospitalier à l'APHM, également directeur scientifique d'Innate Pharam et coordinateur du cluster Marseille Immunopôle.

Tous les animaux possèdent une immunité innée. Les cellules impliquées assurent une première défense immunitaire. Il y a 550 millions d'années, l'immunité adaptative s'est développée chez les vertébrés, avec en particulier les lymphocytes T, orchestrateurs de la réponse immunitaire, et les lymphocytes B. Eric Vivier 

Toutes nos cellules sont capables de déclencher rapidement une réponse immune, et pas seulement les cellules immunitaires. Elles recrutent rapidement des globules blancs en cas d'infection, grâce à leurs récepteurs. Alain Fischer

La proximité du CoV-1 avec le CoV-2 (80% d'identité) ne veut pas dire qu'ils sont les mêmes. Il s'agit donc d'une immunité différente et c'est toute la complexité de l'immunologie. Alain Fischer

Repères

  • En cas d’attaque, le système immunitaire (composé d’organes, de cellules et de molécules) est impliqué dans deux types de réponses : l’immunité innée et l’immunité adaptative. 
  • La réaction inflammatoire aiguë est une réponse immunitaire innée et locale, suite à l’infection ou à la lésion d’un tissu. Elle est génétiquement héritée et présente dès la naissance. Elle repose sur des mécanismes de reconnaissance et d’action non spécifiques et est très rapidement mise en oeuvre.
  • La réponse immunitaire adaptative, initiée dans les organes lymphoïdes secondaires, est mise en place de manière plus progressive. Elle est fondée sur la coopération entre 3 populations cellulaires : les cellules présentatrices d’antigène, les lymphocytes B et les lymphocytes T.
  • La mémoire immunologique est mise en place au moment de la différenciation clonale des lymphocytes et concernent une partie de cette population. Ce mécanisme est le fondement majeur de la vaccination.
  • Dans le cas du SARS-CoV-2, plusieurs pistes sont actuellement explorées pour tenter de contrer l’orage cytokinique, survenant en deuxième partie de la maladie. En revanche, il serait délétère d’inhiber la réaction inflammatoire dans les phases précoces, puisque celle-ci est nécessaire pour la mise en place de la réaction immunitaire adaptative.
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour aller plus loin

[Thread] Retrouvez aussi les sources de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Les références musicales

Le titre du jour : "Remedy" par Gush

Le générique de début : "Music to watch space girls by", par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

Intervenants
  • Médecin, professeur d'immunologie et Président du comité d'orientation de la "Concertation citoyenne sur les vaccinations"
  • professeur d’immunologie à l’université Aix-Marseille

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......