LE DIRECT
Illustration de la production d'anticorps monoclonaux.

Anticorps à large spectre : enfin un antivirus efficace

59 min
À retrouver dans l'émission

Qu’est ce qu’un anticorps à large spectre ? Comment peuvent-ils résoudre de grands problèmes tels que les épidémies futures ou l'infection au VIH ? Sont-ils vraiment révolutionnaires ?

Illustration de la production d'anticorps monoclonaux.
Illustration de la production d'anticorps monoclonaux. Crédits : NANOCLUSTERING/SCIENCE PHOTO LIBRARY - Getty

En 1928, Alexander Flemming va, sans le savoir, révolutionner la pratique de la médecine moderne en découvrant les antibiotiques, ces molécules redoutablement efficaces pour détruire les bactéries, et donc lutter contre les infections qu’elles provoquent. Mais si la lutte contre les infections bactériennes a fait un bond de géant il y a un siècle. Il n’en va pas de même dans la lutte contre les infections virales. Les antivirus existent, certes, certains sont même très efficaces sur des virus en particulier mais il n’y a pas en virologie d’antivirus « universel », ou de « à large spectre » qui permettrait, notamment, de prévenir des virus émergents comme le SARS-CoV2. 

Anticorps à large spectre : bientôt un antivirus efficace ? C’est le programme neutralisant qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Et pour évoquer la complexité de la recherche fondamentale autour de ces bNABs, pour « broadly neutralizing antibodies », soit anticorps neutralisants à large spectre, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Brigitte Autran, professeure émérite d’immunologie à Sorbonne Université, coordinatrice du groupe anticorps monoclonaux à l’Agence Nationale de Recherche sur le SIDA et les Maladies Infectieuses Emergentes et Olivier Schwartz, directeur de l’Unité Virus et Immunité de l’Institut Pasteur.

C’est un peu le graal de la virologie : trouver une molécule, a priori un anticorps, qui pourrait fonctionner non pas sur un virus précis, ni même un groupe viral incluant toutes sortes de mutations, mais sur plusieurs virus du même type. Bref, un anticorps non pas spécifique mais générique, qui permettait de combattre en amont différentes formes d’infections. Mettons, totalement au hasard, un anticorps qui pourrait neutraliser tous les coronavirus tiens ! Ca aurait pu être pratique ces derniers mois.

Malheureusement, ce type d’anticorps, dit « à large spectre », s’ils existent bel et bien, ils sont non seulement compliqués à identifier, à cloner et à utiliser.

Précisément parce que la nature a fait des anticorps des armes spécifiques, qui s’attaquent à un type de virus en particulier et non des armes génériques – qui sont celles du système immunitaire inné, la première ligne de défense – déjà très efficaces parce que très génériques.

Néanmoins, quelques lumières commencent à apparaître au bout du tunnel de la recherche en immunulogie. Des lumières qui contredisent la façon dont on considérait les anticorps il y a encore 60 ans.

Le reportage du jour 

Reportage au sein de l’unité virus et immunité de l’Institut Pasteur de Paris, avec Timothée Bruel, qui étudie l'action d’anticorps neutralisant à large spectre dans le cas du VIH-1, avec une transposabilité possible sur le SARS-CoV2. Par Céline Loozen :

Écouter
8 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Les références musicales

Le titre du jour : "Drôle d’histoire" par Juniore

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm

Chroniques

16H02
3 min

Le Journal des sciences

CoVid-19 : les réponses immunitaires des enfants diffèrent de celles des adultes
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......