LE DIRECT
Le nombre de spermatozoïdes d'un homme de 35 ans entre 1989 et 2005 est passé de 73.6 millions par mL à 49.9 millions

Fertilité : la chute libre ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Comment évalue-t-on la fertilité des couples ? Quels sont les marqueurs de fertilité au niveau individuel ? Troubles de la fertilité des jeunes générations : où en est-on ? Est-elle vraiment menacée ? Quels sont les troubles de la fertilité observés aujourd'hui ?

Le nombre de spermatozoïdes d'un homme de 35 ans entre 1989 et 2005 est passé de 73.6 millions par mL à 49.9 millions
Le nombre de spermatozoïdes d'un homme de 35 ans entre 1989 et 2005 est passé de 73.6 millions par mL à 49.9 millions Crédits : CC

En 50 ans, la qualité du sperme humain a diminué de 50% et le volume séminal d’un quart, le nombre de spermatozoïdes malformés est lui en très nette augmentation. En France, le nombre de couple n’ayant pu concevoir après 12 mois sans contraception a doublé en 20 ans, passant à 24% en 2012. Si l’on ajoute à cela les cas de puberté ou de ménopause précoce, il semble indiscutable que la fertilité subisse des changements rapides, à l’échelle de l’humanité, faut-il parler de crise de la fertilité ? Notre avenir proche est-il celui dépeint par Margaret Atwood dans son roman La servante écarlate.

Fertilité, la chute libre ? C’est le problème que La Méthode scientifique va examiner dans l’heure qui vient.

Et pour comprendre l’ampleur de cette crise de la fertilité qui ne semble pas être le propre de l’être humain comme nous allons le voir et pour voir dans quel sens les chercheurs travaillent pour essayer d’y remédier, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Rémy Slama, épidémiologiste à l’Inserm, président du conseil scientifique du Programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens « Le mal du dehors, l’influence de l’environnement sur la santé » aux éditions Quae, et Bernard Jégou, chercheur à l’Inserm, directeur de recherche à l’Ecole des hautes études en santé publique à Rennes.

Le reportage du jour

Nadine Binart est directrice de recherche de l’Unité Inserm Reproduction et Régulation de l’Axe Hypothalamo-Hypophyso-Gonadique à la Faculté de Médecine de l’Université Paris Sud. Avec son équipe, elle cherche à déterminer les facteurs génétiques et hormonaux intervenant dans les divers cas d’infertilité. Par Antoine Beauchamp :

Écouter
8 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage "L'infertilité" avec Nadine Binart

Le fil de l'émission

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les références musicales

Le titre du jour : « No non kids » interprète : Lilly Wood & The Prick

Générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Générique de fin : "Bergschrund" par DJ Shadow

Intervenants
  • Chercheur à l’INSERM et directeur de la recherche de l’EHESP (Ecole des hautes études en santé publique) à Rennes
  • Epidémiologiste à l’Inserm, président du conseil scientifique du Programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens (PNRPE)

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......