LE DIRECT
Les organismes ectothermes ont une température corporelle qui varie avec celle de leur milieu. Au contraire, les endothermes (mammifères, oiseaux) sont capables de produire de la chaleur grâce à leur activité métabolique.

Thermorégulation, allumer le feu

58 min
À retrouver dans l'émission

Qu’appelle-t-on thermorégulation et quels sont les mécanismes qui la sous-tendent ? Quelles sont les conséquences du réchauffement climatique sur la thermorégulation et la physiologie des espèces fragiles ?

Les organismes ectothermes ont une température corporelle qui varie avec celle de leur milieu. Au contraire, les endothermes (mammifères, oiseaux) sont capables de produire de la chaleur grâce à leur activité métabolique.
Les organismes ectothermes ont une température corporelle qui varie avec celle de leur milieu. Au contraire, les endothermes (mammifères, oiseaux) sont capables de produire de la chaleur grâce à leur activité métabolique. Crédits : ullstein bild - Getty

C’est l’hiver, il fait froid, vous vous sentez fatigués. C’est vrai ça, vous avez tout le temps envie de dormir, le soir vous êtes épuisé et vous avez faim, vous n’arrêtez pas de manger. Non, vous ne couvez rien, c’est votre organisme qui lutte contre le froid. Parce que nous, humains, comme tous les mammifères et les oiseaux, nous sommes endothermes, ou nous avons le « sang chaud » : nous dépensons énormément d’énergie pour maintenir notre organisme à température constante, ce qui est plutôt rare en termes évolutifs. A peine 1% de la faune est endotherme, le reste étant à « sang froid », ectotherme. Pourquoi l’endothermie ? Comment ça marche et à quoi ça sert ? C’est ce que nous allons vous expliquer aujourd’hui.

Thermorégulation, allumer le feu. C’est le programme chaleureux qui est le nôtre pour l'heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Et pour souffler le chaud et le froid sur cette étrangeté évolutive qu’est l’endothermie et prendre la température de la faune terrestre, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Yann Voituron, écophysiologiste, enseignant chercheur à l’Université de Lyon 1, au laboratoire d’écologie des hydrosystèmes naturels et anthropisés et Olivier Lourdais, chercheur CNRS au Centre d’étude biologiques de Chizé.

L’évolution a très largement sélectionné l’ectothermie : les animaux à sang froid sont majoritaires, de façon écrasante : moins de 1% de la diversité animale est endotherme, d’où la question : pourquoi l’endothermie, pourquoi dépenser autant d’énergie à maintenir le corps à une température constante ?

En fait lorsqu’on y regarde de plus près, entre l’endothermie et l’ectothermie, il n’y a pas un mur imperméable. Il y a toute une gamme, vaste et développée, de régulation de la température corporelle. Certains animaux ectothermes peuvent, à certains moments, hausser leur température ou celle de certains organes dans un but bien précis tandis que certains animaux endothermes, eux, voient leur température chuter brutalement en hiver lorsqu’ils entrent en hibernation.

C’est cette histoire biologique évolutive à laquelle nous allons nous intéresser aujourd’hui et commençons par notre biais anthropocentrique habituel… quid de l’être humain ?

Le reportage du jour

Rencontre avec Jérémy Terrien, enseignant-chercheur au Muséum National d’Histoire Naturelle. Comment le microcèbe régule-t-il sa température corporelle face aux variations environnementales ? Par Alexandra Delbot.

Les bases documentaires

Retrouvez le thread de cette émission sur le fil Twitter de La Méthode scientifique.

Les références musicales

Le titre du jour : "2.39" par Tenuta Mocajé 

Le générique de début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Le générique de fin : "Says" par Nils Frahm 

Chroniques

16H02
3 min

Le Journal des sciences

Le Covid long toucherait trois malades hospitalisés sur quatre
Intervenants
  • Ecophysiologiste, Enseignant chercheur, Université Lyon 1, Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés
  • Chercheur CNRS au Centre d’Etudes Biologiques de Chizé
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......