LE DIRECT
Centrale nucléaire de Cruas

Le nucléaire est-il encore une énergie d’avenir ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Où en est-on du nucléaire en France et en Europe ? Quel futur envisager ?

Centrale nucléaire de Cruas
Centrale nucléaire de Cruas Crédits : Fred-niro / Creative Commons

Il y a un mois, la Grande Bretagne donnait son accord pour la construction de deux réacteurs EPR sur son territoire par EDF. Un gage de confiance pour un chantier qui pour l’instant, en France et en Finlande, n’a rencontré que des problèmes technologiques, économiques et dont les délais et les coûts ont été démultipliés. Après avoir été pendant des années le fleuron de l’industrie technologique et scientifique française, le nucléaire est-il en passe de devenir une malédiction ?

Le nucléaire est-il encore une énergie d’avenir ? C’est le problème que nous allons tenter de résoudre dans l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Et pour en débattre, car en matière d’énergie nucléaire, les avis sont souvent tranchés et les débats souvent vifs, nous avons le plaisir d’accueillir ici en studio à la Maison de la Radio Dominique Leglu, directrice de la rédaction de Sciences et Avenir, et docteur en physique nucléaire. Benjamin Dessus, ingénieur et économiste, président de l’association Global Chance et nous sommes en duplex depuis les locaux de France Bleu Isère avec Daniel Heuer, directeur de recherche CNRS au laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie de Grenoble.

Alors il ne sera pas question durant cette heure de faire un débat pour ou contre le nucléaire, entendons-nous bien, mais de réfléchir à l’évolution de la filière, évolution technologique, scientifique et économique pour tenter de répondre à cette question : le nucléaire est-il encore une énergie d’avenir ?

Mais pour pouvoir répondre à cette question, il faut bien entendu commencer par examiner le passé et le présent. On va donc remonter le fil de l’histoire de l’atome dans notre pays, comment s’est construit cette excellence française en matière de nucléaire dans les années 60 ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Dominique Legludirectrice de la rédaction de Sciences et Avenir et de La Recherche. Docteur en physique nucléaire

Le nucléaire est-elle encore une énergie d'avenir ? Mais pour éclairer l'avenir, il faut souvent se tourner vers le passé. Alors, tentons de comprendre comment le nucléaire est devenu une fierté française. 

Il y avait d'abord un besoin militaire, un besoin de faire de l'uranium puis du plutonium de qualité. C'était un enjeu de souveraineté national. Dominique Leglu, directrice de la rédaction de Sciences et Avenir et de La Recherche. Docteur en physique nucléaire.

Nous avons bénéficié d'un Etat très centralisé, d'un système vraiment stable, qui tient au fait qu'on a eu une entreprise nationale. Ce développement massif a bien marché en France, et ce sont ces conditions particulières qui tiennent à la prolongation du gaullisme dans ce domaine. Benjamin Dessus, ingénieur et économiste

Et aujourd'hui, quel est l'état de santé du parc nucléaire français ? 

Ces derniers temps, il y a eu la mise en exergue, par l'autorité de sûreté nucléaire, de ce qu'elle appelle des "irrégularités". L'exemple le plus important, est l'une des pièces du réacteur de Fessenheim, le réacteur de vapeur, qui fait un contact entre deux circuits. L'autorité de sûreté l'a fait remarqué à EDF et Areva. Dominique Leglu

Contrairement à ce qui s'est passé par le passé, il y a un nouvel acteur dans le nucléaire, c'est l'opinion publique. Au moment de la construction des réacteurs, on ne lui a pas demandé son avis. Aujourd'hui, tendanciellement, 8 personnes sur 10 ne veulent pas habiter près d'une centrale nucléaire, mais 51% d'entre eux accepteraient de vivre près d'un parc éolienne, selon un rapport de l'IRSN. La question de la sûreté est désormais dans l'agenda des gens. Dominique Leglu

L'opinion publique se forge sa propre opinion. C'est devenu quelque chose d'important. Devant Tchernobyl, la France et l'Allemagne ont essayé de rester dans la même filière, avec des réacteurs à eau bouillante, qui ont les mêmes types de technologie, mais qui sont plus sûrs. On ne change pas de filière, mais on la raffine. Benjamin Dessus

Dans un rapport datant de 2016, la Cour des comptes préconise un apport de 100 milliards d'euros pour mettre aux normes le parc nucléaire français. 

Il va falloir les sortir ces milliards. Finalement, le problème numéro 1 n'est-il pas le problème financier ? se demande Dominique Leglu

On essaye d'améliorer le système. On ajoute des systèmes de sûreté, pour que tous les réacteurs suivent. Il y a des filtres à sable pour éviter de rejeter trop de radioactivité, par exemple. Daniel Heuer, physicien

Références musicales :

Le titre du jour : “Atomic Power” par Buchanan Brothers

Générique du début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

Générique de fin : "Bergschrund" par DJ Shadow.

Chroniques

16H00
4 min

La Recherche montre en main

La Recherche montre en main : Martin Turbet
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......