LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
publicité pour une automobile C..G.V. en 1902

En voiture ! avec Octave Mirbeau

3 min
À retrouver dans l'émission

En 1907, Octave Mirbeau publie un étrange et drôle de texte "La 628-E8", qui n'est autre que le numéro de la plaque d'immatriculation de sa voiture. Il y fait le récit des choses vues lors d'un voyage jusqu'en Allemagne.

publicité pour une automobile C..G.V. en 1902
publicité pour une automobile C..G.V. en 1902 Crédits : Archive Photos - Getty

Elle fait partie désormais de ma vie ; elle est ma vie, ma vie artistique et spirituelle, autant et plus que ma maison.

Mais de qui parle Octave Mirbeau en des termes si élogieux ? Ils sont tirés de la préface d'un de ses très bizarres, drôles et inclassables textes, publié en 1907. Il porte un titre drôle et bizarre : La 628-E8, qui correspond au numéro de la plaque d'immatriculation d'une automobile. Car, oui, l'objet dont parle Mirbeau en des termes si élogieux, c'est de sa voiture.
 

La voiture d'Octave Mirbeau appartient au modèle appelé "C.G.V.", en référence aux constructeurs Charron Girardot et Voigt. La 628-E8 s'ouvre d'ailleurs par une dédicace à Fernand Charron, et sur un étonnant et vibrant éloge de la voiture, ou plutôt, je cite, de cette "maison roulante" ou de cette "fabuleuse licorne". Mirbeau y défend la pratique, l'art et l'écriture de ce qu'il nomme "l'automobilisme", un loisir exotique et luxueux en ce tout début du 20ème siècle. Le mot prend d’ailleurs un « -isme » final, signe de son appartenance au domaine des loisirs, comme le nautisme ou le véliplanchisme.
 

L’automobile permet selon Mirbeau une véritable révolution esthétique : une nouvelle manière de voir défiler des paysages et de s’affranchir des anciens canons. C'est aussi une libération de la dictature des trains, des horaires, et de la fixité des plans de rail. "Automobilisme" peut alors s'entendre comme l’exact contraire d'"immobilisme".
 

Cependant, la voiture des années zéro, suppose tout un équipement : des peaux de loup, des casquettes et des lunettes car la C.G.V. est absolument dépourvue de capote, ou de toute forme de toit.
 

Elle implique aussi un chauffeur et mécanicien, celui du narrateur de La 628-E8  s'appelle Brossette, et son portrait est plutôt désopilant. De retour d'Amérique, Brossette brode le récit suivant : 

Rien d'épatant, monsieur, L'Amérique ? Tenez... c'est Aubervilliers... en grand !

La 628-E8 raconte le voyage en auto du narrateur flanqué de son fidèle pilote, depuis la France vers l'Allemagne, aux alentours de la fin de l'affaire Dreyfus. A bord de la C.G.V. ils traversent la Belgique. Notamment Bruxelles, que Mirbeau décrit comme : "cette ville si parfaitement inutile, si complètement parodique". Puis la Hollande, patrie des peintres. Et enfin l’Allemagne, dont le narrateur fait l’éloge, à rebours de la doxa française en vigueur.
 

Le périple automobile comporte de nombreuses péripéties, car les routes de France et d'Europe sont peuplées de toute une "faune des routes" : des troupeaux de moutons réfractaires, et parfois des paysans qui barrent la route avec leur batteuse mécanique. Ils peuvent montrer un visage hostile à ceux qui ne sont pas du département, ce qui pousse le narrateur à se demander s’ils ont lu Maurice Barrès… On croise aussi, lors des étapes, des fâcheuses familles françaises, en ces temps où le tourisme routier se développe. De ces familles pour qui je cite : "Rien n'est beau, intelligent, pétulant que de France."
 

Bref, le récit de Mirbeau foisonne de choses vues, d'anecdotes, de sensibilités et de drôleries en tous genres. Même si comme il l’écrit lui-même 

On ne perçoit d'abord que le comique des choses ; ce n'est qu'à la réflexion que le tragique apparaît.

Lire aujourd'hui La 628-E8, c'est faire un vif et drôle voyage, en nos temps où l'automobilisme a largement triomphé, et peut-être fait son temps, c'est aussi en révéler l'étrangeté.
 

Musique : Jacques Nitzsche, The Last Race

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......