LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Manifestants protestant contre le coup d’Etat des militaires soudanais le 15 octobre 2021. Photo prise à Khartoum, capitale du Soudan.

Comment expliquer le coup d’Etat au Soudan ?

8 min
À retrouver dans l'émission

Lundi 25 octobre 2021, l’armée soudanaise a arrêté plusieurs dirigeants politiques dont le premier ministre en place. Ce dernier a appelé la population à protester, l’armée a tiré sur les manifestants. L’état d’urgence a été décrété.

Manifestants protestant contre le coup d’Etat des militaires soudanais le 15 octobre 2021. Photo prise à Khartoum, capitale du Soudan.
Manifestants protestant contre le coup d’Etat des militaires soudanais le 15 octobre 2021. Photo prise à Khartoum, capitale du Soudan. Crédits : AFP - AFP

Le Soudan face à un coup d’Etat. Lundi 25 octobre 2021, l’armée soudanaise a arrêté plusieurs dirigeants politiques dont le premier ministre en place. Ce dernier a appelé la population à protester, l’armée a tiré sur les manifestants. L’état d’urgence a été décrété. Cette prise de pouvoir par les militaires a suscité beaucoup de réactions à l’échelle internationale. Condamnant ce coup d’Etat, le secrétaire général de l'ONU a réclamé la libération « immédiate » du Premier ministre Abdallah Hamdok. Que s’est-il passé ?

Guillaume Erner reçoit Anne-Laure Mahé, chercheuse Afrique de l’Est à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM).

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Le résultat d'une escalade

Armée et gouvernement civil se partageaient le pouvoir depuis 2019. Pourquoi les militaires ont-ils entrepris ce coup d’Etat hier ?

A priori, c'est le résultat d'une longue escalade de tensions entre le pouvoir civil et le pouvoir militaire. Depuis quelques mois, on avait des désaccords très publics, notamment au sein d'une institution qui s'appelle le Conseil souverain, mise en place en 2018. Certains membres civils avaient publiquement critiqué les militaires. On avait aussi des divisions au sein des civils puisqu'en fait, lors de la révolution, on avait une coalition rassemblant toutes les forces qui s'était mise en place et qui était très divisée. Aujourd'hui, on voit le résultat de cette escalade.

Comment pourrait se poursuivre cette escalade ?

C'est difficile à dire pour le moment, puisqu'on ne sait pas très bien ce que visent exactement les militaires, à part peut-être de retarder certains moments de la transition démocratique. On dirait qu'ils jouent la montre, car ils devaient passer la main aux civils dans le Conseil souverain. Normalement, une assemblée législative devait aussi se mettre en place. Cela donne l'impression qu'on fait le coup d'Etat et que l'on revient en arrière.

Les militaires responsables du putsch

Qui sont les militaires responsables du putsch ? Y a-t-il une faction qui en serait responsable ou bien y a-t-il une cohésion de l'armée face à cette transition ?

Ce qu'on sait, c'est que l'armée régulière et la principale force paramilitaire du pays sont assez unifiées, puisqu'elles ont l'air d'avoir agi de concert hier. Cela étant dit, on a eu plusieurs rumeurs de coup d'Etat depuis deux ans : il y a peut-être des factions dans l'armée qui restent fidèles à l'idéologie de l'ancien régime islamiste. Mais c'est un appareil sécuritaire qui est unifié dans un même but : conserver le pouvoir.

Le rôle des pays voisins

Et alors quel est le rôle de l'Egypte ou bien d'autres pays environnants, dont on suppose qu'ils pèsent dans les manœuvres en cours ?

On sait que depuis la révolution, les militaires sont soutenus par l'Egypte et les Emirats arabes unis. Ce sont des gens qui sont très bien connus par les pays du Golfe. Mais quelle est la nature exacte de cette influence ? Cela, on ne peut qu'en faire l'hypothèse. Les acteurs soudanais ont une capacité d'action qui reste indépendante.

Intervenants
  • docteure en science politique, chercheuse ‘Afrique de l’Est’ à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), chercheuse associée à Institut des Mondes Africains (IMAF)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......