LE DIRECT
Photo prise à Shangaï en Chine.

Comment relocaliser l’industrie pharmaceutique ?

9 min
À retrouver dans l'émission

La pandémie de covid 19 a relancé la question de la souveraineté nationale notamment en matière de production de médicaments et de vaccins. Après avoir délocalisé, comment la France peut-elle relocaliser son industrie pharmaceutique ?

Photo prise à Shangaï en Chine.
Photo prise à Shangaï en Chine. Crédits : Comezora - Getty

La pandémie de covid 19 a relancé la question de la souveraineté nationale notamment en matière de production de médicaments et de vaccins. L’industrie pharmaceutique s’est plus que jamais révélée être un secteur stratégique pour les États afin qu’ils puissent protéger leurs populations en cas de besoin. Pour le gouvernement français, rebâtir une indépendance sanitaire, industrielle, technologique semble devenu une priorité. Après avoir délocalisé, comment la France peut-elle relocaliser l’industrie pharmaceutique ? En a-t-elle les moyens ? 

Guillaume Erner reçoit Gérard de Pouvourville, professeur honoraire en économie de la santé à l’ESSEC business school.

Relocaliser pour minimiser le risque de pénuries ?

En comportement préventif des gens ont sur-stocké. Il y a eu une tension temporaire qui a été créée sur un certain nombre de produits comme le doliprane ou le plaquenil. Il y a eu une augmentation de la demande exceptionnelle de curare de l’ordre de 2000%. Gérard de Pouvourville

"La France a perdu la main sur l'ensemble des acteurs. Le mouvement de délocalisation ou plutôt de répartition de mondialisation de la production des médicaments est un mouvement qui ne concerne pas que la France. Mais la France a certainement perdu du terrain sur les produits de biotechnologie les plus innovants, où on a peu de capacité de production à domicile. Elle n'a pas forcément perdu la main sur des vaccins. Et puis, elle a perdu la main, sur les produits les plus courants."

Quels sont les coûts d'une relocalisation ? 

Le surcoût de stockage peut être assez important mais le surcoût de production ne l’est pas nécessairement. Mais ça nécessite en fait une politique industrielle particulière, avec la possibilité de demander aux industriels qui produisent ces médicaments de développer des installations de production sur le territoire français. Donc, si on ne peut pas, il n'y a pas de moyens coercitifs. Si on le fait, on ne peut le faire qu'avec l'industrie pharmaceutique, dont le siège social est en France. Gérard de Pouvourville

"Il est possible de stocker pour certains produits bien identifiés dans le cadre des pathologies infectieuses mais on ne peut pas tout prévoir. On peut sans doute faire des stocks de sécurité, sachant que ces stocks de sécurité ont un coût élevé. Il faudra bien payer les produits immobilisés, les entrepôts et le personnel qui assure la sécurisation, l'entretien et l'approvisionnement régulier de ces stocks de sécurité. C'est possible, mais ça ne peut pas se faire par identification que d'un certain nombre de produits spécifiquement dédiés aux maladies infectieuses."

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......