LE DIRECT
Photographie de Yulka Popkova.

Confinement/Déconfinement : quel impact sur notre sommeil et nos rêves ?

10 min
À retrouver dans l'émission

La pandémie de covid 19 agit-elle sur notre sommeil et nos rêves ? Après la période de confinement, voici venue celle du déconfinement. Dormons-nous différemment, rêvons nous autrement face à ces bouleversements ?

Photographie de Yulka Popkova.
Photographie de Yulka Popkova. Crédits : Yulka Popkova - Getty

Quelle incidence la pandémie de covid 19 a-t-elle sur nos rêves ? Entre anxiété, changement de rythme et modification de nos interactions sociales, nos esprits sont quelque peu bousculés. Du confinement au déconfinement, comment ces bouleversements se traduisent-ils dans notre sommeil et plus précisément dans nos rêves ? Dormons-nous différemment, rêvons nous autrement ? Le cerveau n’a pas livré tous ses mystères…

Guillaume Erner reçoit Perrine Ruby, chercheuse INSERM au Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon. 

Perrine Ruby a lancé une enquête pour évaluer l’impact du confinement sur le sommeil et les rêves. 

Celles et ceux qui souhaitent participer à cette étude peuvent apporter leur contribution en cliquant sur le lien suivant : Enquête Confinement, Sommeil et Rêves.

Quels sont les premiers résultats de l'enquête ? 

"D’après ce qu’on connait du sommeil et du rêve, on a toutes les raisons de penser que la pandémie et le confinement pourraient avoir un impact et changer nos habitudes de sommeil et de rêve. Et c’est ce qu’on a pu confirmer en lançant cette enquête. Les résultats préliminaires vont dans ce sens."

Il y a deux phénomènes que nous avons pu constater. Il y a à la fois l’ambiance anxiogène et le fait d’être enfermé. Ces deux phénomènes là ont vraisemblablement un effet sur notre sommeil puisque le fait de faire moins de sport, d’augmenter notre temps sur les écrans et de moins changer nos habitudes de vie comme à l’accoutumée peuvent expliquer le fait que énormément de personnes disent avoir plus de mal à s’endormir et se réveillent plus durant la nuit. Mais la très bonne nouvelle c’est que 50% des personnes interrogées disent également dormir plus. Perrine Ruby

" Le fait d'avoir des éveils au cours de la nuit est un des facteurs qui favorisent le souvenir de rêve et ça peut expliquer le fait que beaucoup de personnes puissent se souvenir de leurs rêves depuis le début du confinement. Mais le fait qu'il y ait des émotions plus intenses dans le contenu de ces rêves, peut aussi expliquer le fait qu'on s'en souvienne plus. "

Va-t-on vers des modifications durables ? 

"On est dans une société qui habituellement prive les gens de sommeil puisque dès qu’ils ont l’opportunité de dormir plus, ils le font. Donc là on peut tout à fait imaginer que ne plus avoir besoin de prendre les transports, se préparer pour aller travailler permet de gagner du temps sur le temps de sommeil. Les gens dorment plus et font plus de siestes. Et en sortant du confinement, essayons de garder ça et de contrecarrer cette habitude de société qu’on a de limiter et d’empêcher les gens de dormir autant qu’ils le voudraient."

On a tendance à rêver de ce qu’on le vit. Et si le contexte devient plus anxiogène, il va s’incorporer dans le rêve comme le reste. Il y a à la fois de manière très visible les domaines de la maladie, de la mort, de l’enfermement avec un côté cathartique. Et d’un autre côte, il y a des rêves qui sont très positifs, peut-être plus positifs que d’habitude avec la récurrence des thèmes de fête, de joie, de liberté et d’extérieur qui s’insèrent dans un phénomène de compensation. Perrine Ruby

Rêve et sommeil, régulateurs d'émotions

" Avec nos résultats, on observe que tout se passe comme si le rêve essayait de réguler ce qu'on est en train de vivre actuellement. D'après cette hypothèse, c'est un très bon indicateur de rêver de ces thèmes là. Ça montre que l'organisme et le cerveau essayent de réguler et de traiter toutes ces informations pour qu'on réussisse à s'y adapter. "

Ça n'arrive jamais que tout un pays soit dans le même contexte et dans une situation aussi différente que nos vies habituelles. C'était vraiment un terrain d'expérimentation particulier et intéressant pour voir comment tout cela est partagé à l'échelle du pays. En même temps, cette enquête va nous permettre de comprendre les rêves et voir comment ces rêves nous aident à mieux comprendre ce qu'on a traversé. Perrine Ruby

" Un des phénomènes qui est apparu de manière très claire et tout à fait frappante, c'est le sentiment d'une intrusion dans l'intimité qui se manifeste de manières diverses et variées. Le fait d'avoir cette arrivée du travail dans la sphère personnelle a été vécu comme une intrusion dans l'intimité. "

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Intervenants
  • Chargée de recherche en neurosciences cognitives au Centre de Recherche en Neuroscience de Lyon, responsable du projet « Sommeil, Rêve et Cognition »
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......