LE DIRECT
Illustration covid 19 / Wuhan, Hubei, China

Covid 19 : comment anticiper une reprise ou non du virus ?

8 min
À retrouver dans l'émission

Concernant l'épidémie de coronavirus, comment savoir si le pire est derrière nous ? Y aura-t-il un rebond à l'été 2020 ? A l’automne 2020 ? Plus tard ? Quels éléments permettent d'esquisser certaines hypothèses ?

Illustration covid 19 / Wuhan, Hubei, China
Illustration covid 19 / Wuhan, Hubei, China Crédits : Dowell - Getty

Jeudi 4 juin 2020, dans l’optique, « d’anticiper pour mieux protéger », le Conseil scientifique a rendu publics quatre scénarios de l’évolution de l’épidémie pour les mois à venir. Le pire est-il derrière nous ? Y aura-t-il un rebond, cet été, à l’automne, plus tard ? Des questions qui suscitent aujourd’hui autant d’intérêt que d’incertitude ou d’inquiétude. Comment anticiper une reprise ou non du virus ? Quels éléments permettent de se risquer à certaines hypothèses ? 

Guillaume Erner reçoit le Professeur Yonathan Freund, médecin urgentiste à la Pitié Salpêtrière à Paris.

Dégression progressive du nombre d'infectés par le virus

"Aux urgences (la Pitié Salpêtrière), ça fait une bonne semaine au moins qu'on n'a pas vu un malade avec une infection aiguë récente du Covid. Mes collègues des autres hôpitaux d'Ile-de-France et même d'ailleurs voient exactement la même chose que nous. Cette tendance est également visible à l'étranger. Donc, si on parle vraiment des malades avec une contraction récente du virus, avec une maladie qui s'exprime, c'est extrêmement peu."

Il y a des tests positifs tous les jours. Il y a des centaines de personnes qui sont positives, c'est-à-dire chez lesquelles on trouve du virus. En gros, ça ne veut pas dire qu'elles sont toutes malades, loin de là. Parmi elles, il y a une petite proportion de gens malades. Il faut voir le nombre d'hospitalisations, par exemple, qui est assez faible. Oui, le virus existe encore. Il circule encore et il se retrouve encore chez les gens mais on le détecte. Et plus vous allez lancer de tests, plus le nombre fatalement de tests positifs va augmenter. Yonathan Freund

Immunisation croisée et seconde vague 

"Il faut voir qu'il y a une immunité ou une immunisation de la population qui est probablement plus grande que celle à laquelle on s'attendait. Probablement parce qu'il y a une part d'immunité croisée. C'est-à-dire qu’on commence à entendre dire que si vous avez eu un autre coronavirus comme un rhume banal, il y a six mois ou deux ans vous avez peut-être gardé une certaine immunisation contre d'autres coronavirus. C'est une hypothèse qui est réelle. Mais il y a aussi une part de la population qui a une immunité innée, spontanée. Par exemple, les enfants ne sont pas contaminés et ils ont probablement une immunité. Il y a beaucoup de personnes chez qui le virus ne va pas rentrer et ne fera pas de maladie."

Il n'y a aucune raison de penser à une seconde vague maintenant. Tous les indicateurs qu'on a et toute la réalité du terrain montrent que ça n'arrivera pas. En revanche, la possibilité d'une seconde vague à l’automne ou l'hiver prochain existe. A priori, il n'y a pas de raison pour qu'il mute. Maintenant, s'il revient exactement pareil chez nous dans la population l’hiver prochain, la deuxième vague pourrait arriver. Mais elle ne sera jamais d'une ampleur telle que ce qu'on a connu. Ça, c'est sûr, et même si elle revient, elle sera beaucoup plus modérée. Yonathan Freund

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......