LE DIRECT
La piste d'une fuite de laboratoire est de plus en plus débattue dans le milieu scientifique.

Covid-19 : que sait-on de l'origine de la pandémie ?

9 min
À retrouver dans l'émission

Plus d'un an après le début de la crise sanitaire, l'apparition du SARS-CoV-2 reste un mystère pour les scientifiques. Si l'hypothèse d'une origine animale était d'abord privilégiée, certains s'interrogent à présent sur une possible fuite accidentelle dans un laboratoire de Wuhan, en Chine.

La piste d'une fuite de laboratoire est de plus en plus débattue dans le milieu scientifique.
La piste d'une fuite de laboratoire est de plus en plus débattue dans le milieu scientifique. Crédits : Alex Sava - Getty

Transmission de l'animal à l'homme, viande congelée contaminée ou accident de laboratoire…  Aujourd'hui, l'origine de la pandémie de Covid-19 reste toujours à déterminer. La Chine ne délivre des informations qu'au compte-goutte, et sa mission conjointe avec l'OMS, qui s'est achevée le 10 février dernier, n'a rien donné. Tandis que plusieurs scientifiques appellent à présent les autorités internationales à lancer une investigation indépendante pour étudier toutes les hypothèses, les Etats-Unis ont décidé il y a deux semaines d'enquêter sur une possible fuite en laboratoire… Pourquoi est-il si important de connaître l'origine de la pandémie ? 

Pour en parler, Guillaume Erner reçoit Etienne Decroly, virologue et directeur de recherche au CNRS à l’Université d’Aix-Marseille à Marseille.

Deux hypothèses demeurent

Des virus cousins du coronavirus existent dans le sud de la Chine et au Yunnan. On sait que l'épidémie a émergé à Wuhan. Entre ces régions, il y a quelques chainons manquants.  Deux hypothèses : la zoonose - une contamination par un hôte intermédiaire-. L'autre hypothèse : l'accident de laboratoire. Pour le moment, on ne peut pas trancher.

L'hypothèse de l'accident de laboratoire

Des méthodes permettent de modifier des virus à partir des virus qui existent déjà. On le fait pour comprendre comment ces virus peuvent franchir la barrière d'espèces et se prémunir de nouvelles épidémies.

La plupart des expériences réalisées en Chine ont été réalisées dans des types de laboratoire L2, qui sont des conditions de sécurité pas extrêmes. En cas de manipulation génétique, elles se faisaient en L3. Le niveau de sécurité n'est pas extrême.

Il est possible que le personnel se contamine ou bien que des fluides qui sortent du laboratoire, par les égouts par exemple, mal décontaminés et donner des retours d'épidémie secondaire. 

Intervenants
  • virologue spécialiste du VIH. Directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire Architecture et Fonction des Macromolécules Biologiques (AFMB) de l’Université d’Aix-Marseille
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......