LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

Entre répression et exil : comment évolue l’opposition au régime biélorusse ?

8 min
À retrouver dans l'émission

Depuis la réélection frauduleuse du président Alexandre Loukachenko en août 2020, qui avait entraîné une forte mobilisation populaire, le régime semble avoir pris un tournant autoritaire, muselant l’opposition par différents moyens.

.
. Crédits : PETRAS MALUKAS - AFP

Hier, mardi 3 août, un opposant biélorusse a été retrouvé pendu près de son domicile en Ukraine, où il s’était réfugié pour fuir la politique répressive de son pays. Certaines associations n’ont pas hésité à accuser sans détours le régime biélorusse, qui mène depuis 2020 une répression féroce contre ses opposants politiques. 

Dans ce contexte, comment évolue l’opposition au régime biélorusse ? Nous en parlons avec : Yauheni Kryzhanouski : docteur en sciences politiques, enseignant-chercheur à Sciences Po Strasbourg, spécialiste des mouvements contestataires en Biélorussie. 

Le régime biélorusse a-t-il pour habitude de cibler des opposants à l'étranger ? Pour Yauheni Kryzhanouski, "Jusque là, ce n'était pas du tout dans le répertoire d'action du régime biélorusse. Les exilés et opposants à l'étranger n'étaient pas tant menacés que cela, nous étions habitués à voir des activistes en sécurité à l'étranger."

Pour l'instant, il n'y a pas de preuve matérielle de l'implication du régime biélorusse dans la mort de cet activiste. Yauheni Kryzhanouski

A propos de la situation en Biélorrusie, Yauheni Kryzhanouski explique qu'il est difficile d'envisager des manifestations de masse comme ce fut le cas en août et septembre 2020. La répression est très forte à l'intérieur du pays, des participants à ces manifestations ont pu être condamnés à des peines de prison lourdes. Il y a une atmosphère de terreur dans le pays avec plus de 600 prisonniers politiques ce qui n'est pas propice à une mobilisation large. 

Quelles menaces représentent les ONG en Biélorussie ?

D'après Yauheni Kryzhanouski, depuis le début de l'année il y a plus de 100 associations qui ont été fermées, que ce soit des associations de défense des droits humains comme des associations féministes, d'aide aux orphelins ou handicapés. Ce qui est visé c'est toute initiative autonome qui n'est pas encadrée par les autorités.

Les représentants du régime ont compris que ces associations créent un tissu social parallèle et élargissant le domaine de mécontentement au delà de l'opposition classique. Elles portent une vision de la société qui est intrinsèquement différente de la vision hiérarchisée et autoritaire portée par les autorités. L'objectif est de démanteler ces réseaux de sociabilité et de solidarité parallèle. Yauheni Kryzhanouski

Intervenants
  • Docteur en sciences politiques, enseignant-chercheur à Sciences Po Strasbourg, spécialiste des mouvements contestataires en Biélorussie
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......