LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Epandage de glyphosate dans un champ à SAINT-LÉONARD-DES-BOIS en France.

Epandage de pesticides et santé : que dit la science ?

7 min
À retrouver dans l'émission

L’épandage de produits phytosanitaires peut-il être sans risque pour la santé ? Quelle distance déterminer pour protéger les riverains ?

Epandage de glyphosate dans un champ à SAINT-LÉONARD-DES-BOIS en France.
Epandage de glyphosate dans un champ à SAINT-LÉONARD-DES-BOIS en France. Crédits : JEAN-FRANCOIS MONIER - AFP

Le gouvernement a proposé de fixer, à partir du 1er janvier 2020, une distance minimale de 5 à 10 mètres selon les cultures. Des distances jugées insuffisantes par tous ceux qui s’inquiètent pour la santé des populations dans les zones d’épandage. Lundi 9 septembre 2019, le gouvernement lançait, sur cette question, une consultation publique, en ligne et ouverte à tous. La science peut-elle vraiment nous éclairer sur ce sujet hautement controversé ?
 

Guillaume Erner reçoit Catherine Hill, épidémiologiste, ancienne chercheuse à l'Institut de cancérologie Gustave Roussy, a fait partie du conseil scientifique de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, écrit régulièrement pour la revue « Sciences et Pseudo-Sciences », la revue de l’Association française pour l'information scientifique.

Comment étudier le risque ? 

"Pour savoir si un produit est dangereux pour l’homme, la première chose que l’on fait c’est que l’on commence par étudier les populations qui sont les plus exposées. Donc, ce qu’on fait pour ces histoires de pesticides, c’est que l’on va étudier les agriculteurs ou les épandeurs, les gens qui manipulent les produits." Catherine Hill.

"Quand on étudie les risques de lymphome, de leucémie, de cancer du poumon, ou de n’importe quoi, on prend une population qui a été exposée il y a 10 ans, 15 ans, 20 ans, 5 ans et certaines expositions sont anciennes à des périodes où l’on faisait probablement moins attention et où les gens manipulaient les produits, les transvasaient, dans des lieux fermés etc. Donc on mesure les effets des expositions anciennes probablement plus élevées qu’aujourd’hui." Catherine Hill.

Les pesticides cancérogènes :

"Dans les pesticides, le lindane est considéré comme certainement cancérogène pour l’homme, et l’OMS (l'Organisation Mondiale de la Santé - le groupe de recherche sur le cancer, basé à Lyon) a fait une très grande étude avec 80 chercheurs sur les causes du cancer en France  et a trouvé que le lindane était probablement la cause de 28 lymphomes en 2015, à cause des expositions professionnelles. Donc c’est un cancérogène certain." Catherine Hill.

"Parmi les cancérogènes probables, il y a _le diazinon, le malathion et le glyphosate._" Catherine Hill.

"Mais l’histoire du glyphosate se complique car le classement en cancérigène probable a été fait en 2017 et depuis, il y a eu une très grande étude américaine sur 54 000 épandeurs agréés dont 45 000 étaient exposés au glyphosate. On a regardé les risques en fonction de l’intensité de l’exposition et on n’a trouvé aucune augmentation du risque de lymphome qui était l’hypothèse que l’on voulait vérifier. Donc Le glyphosate peut-être augmente le risque de lymphome ou peut-être pas. La situation est incertaine mais en tout cas, il serait la cause de très peu de cas." Catherine Hill.

Vous pouvez écouter l'interview en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page ou consulter la vidéo ci-dessous.

Intervenants
  • épidémiologiste, chercheuse à l'Institut de cancérologie Gustave Roussy, a fait partie du conseil scientifique de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, écrit régulièrement pour la revue Sciences et Pseudo-Sciences
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......