LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Photo prise à Port-au-Prince le 27 septembre 2019.

Existe-t-il une solution pour Haïti ?

7 min
À retrouver dans l'émission

A Haïti, la population est en colère et réclame la démission de son président. Les manifestions de ces dernières semaines ont engendré plusieurs dizaines de morts. Le pays peut-il sortir de la crise ?

Photo prise à Port-au-Prince le 27 septembre 2019.
Photo prise à Port-au-Prince le 27 septembre 2019. Crédits : CHANDAN KHANNA - AFP

Novembre 2019. Cela fait maintenant plusieurs semaines qu’Haïti est plongé dans une révolte générale qui ne fait que s’amplifier. Situation humanitaire préoccupante, crise politique, contestation sociale ; la population haïtienne est en colère et réclame le départ de son président Jovenel Moïse, élu en 2017. D’après l’ONU, les manifestations de ces dernières semaines ont fait plus de 40 morts, la police a tiré à balles réelles dans les cortèges. Jusqu’où le pays va-t-il s’enfoncer - peut-il sortir de la crise ?

Guillaume Erner reçoit Lyonel Trouillot, écrivain haïtien, auteur notamment de « Ne m’appelle pas Capitaine », ed. Actes-Sud. Lyonel Trouillot a publié dans le journal « L’Humanité », le 2 octobre 2019, un cri d’alarme sur la situation en Haïti sous le titre « Silence complice sur Haïti : solitude des morts sans importance ».

Une colère politique et sociale

C’est une colère qui a une expression politique très élaborée et les revendications sont très précises. Et je suis témoin d’une relative indifférence de la part du monde occidental en particulier vis-à-vis de la situation haïtienne. Lyonel Trouillot.

La colère s’est manifestée depuis le mois de juillet 2018 : il y a eu des émeutes, des manifestations et ces derniers mois, il y a le rapport de la cour des comptes qui a établi clairement le volume de la corruption en Haïti et la participation personnelle du président de la République haïtien à cette vaste opération de corruption. Lyonel Trouillot.

Ce ne sont pas les manifestations qui ont fait plus de 40 morts, c’est la répression et on ne parle pas suffisamment le la répression exercée par une partie des forces de police utilisées par le président de la République et son parti comme répression. Lyonel Trouillot.

Le problème majeur d’Haïti, ce sont les rapports entre l’Etat et la nation. Lyonel Trouillot.

Le peuple dit "nous ne voulons plus de ce système ".

C’est un Etat qui a toujours été au service d’un petit groupe qui s’est enrichi de la misère des autres et au service de ceux qui sont officiellement des représentants politiques du peuple. Lyonel Trouillot.

La démission de Jovenel Moïse réclamée 

La démission de Jovenel Moïse ne suffirait pas mais c’est un point de départ. Le président Moïse ne peut pas diriger le pays, personne ne le prend au sérieux, il ne peut pas sortir dans les rues c’est le chef d’Etat le plus moqué de l’histoire d’Haïti… La présence de Jovenel Moïse ne peut pas produire  de consentement en Haïti, c’est une chose claire et nette. Lyonel Trouillot.

La communauté internationale doit faire quelque chose. D’abord, écouter le peuple haïtien. Quand vous avez des communiqués d’ambassades qui parlent de discussions entre toutes les forces politiques, ça ne veut rien dire… Par rapport à Haïti, c’est presque un manque de respect. Lyonel Trouillot.

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page ou consulter la vidéo ci-dessous :

Intervenants
  • écrivain et poète haïtien, auteur notamment de « Ne m’appelle pas Capitaine », ed. Actes-Sud.
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......