LE DIRECT
Eau sortant d'un robinet.

Faut-il avoir peur de l’eau du robinet ?

9 min
À retrouver dans l'émission

Mercredi 17 juin 2020, l’association de défense de l’environnement « Générations futures » rendait public un rapport sur la présence de résidus de pesticides dans l’eau du robinet. Faut-il s'en inquiéter ?

Eau sortant d'un robinet.
Eau sortant d'un robinet. Crédits : Yuji Kotani - AFP

Faut-il s’inquiéter des traces de pesticides retrouvées dans l’eau du robinet ? Mercredi 17 juin 2020, l’association de défense de l’environnement « Générations futures », rendait public un rapport répertoriant un certain nombre de substances chimiques détectées dans l’eau du robinet de la quasi totalité des départements français. Conclusion, des résidus de pesticides cancérogènes, potentiellement perturbateurs endocriniens sont présents dans nos réseaux d’eau potable. Pourquoi ? Qu’est-ce que cela signifie ? Est-ce dangereux pour la santé ?

Guillaume Erner reçoit Barbara Demeneix, biologiste, professeure émérite au Muséum National d’Histoire Naturelle, auteure notamment de « Cocktail toxique : comment les perturbateurs endocriniens empoisonnent notre cerveau », ed. Odile Jacob.

D'où viennent les traces de pesticides présentes dans l'eau du robinet ? 

On sait que la France utilise beaucoup de pesticides, surtout les  herbicides, et c'est ça que nous avons trouvé principalement dans l’eau  du robinet. Mais la France a aussi beaucoup de surface agricole utile.  L'utilisation des pesticides a un peu diminué en France depuis quelques  années. Mais le rapport de Générations futures montre que ce sont les  herbicides et notamment le métolachlore qui est le plus souvent trouvé dans l'eau du robinet. Barbara Demeneix

" Ce qui est surtout dangereux pour la santé, c'est l'exposition à plusieurs niveaux qu'on a. Évidemment, on est exposé par l’eau du robinet mais on est aussi exposé à des facteurs endocriniennes, surtout par la nourriture, les matériaux en contact avec la nourriture, les cosmétiques, l'air tout ceci en plus de l’eau. C’est ridicule de parler de l'effet de seuil parce que les perturbateurs endocriniens peuvent agir à des faibles doses."

Quelles solutions pour contenir le problème ? 

Il y a l’importante utilisation de charbon actif pour filtrer l'eau. On peut aussi utiliser l'ozone. Et effectivement, on peut purifier de façon supérieure la qualité de l’eau. Mais on peut aussi diminuer l'utilisation des pesticides et d'autres produits dans l'agriculture, afin d'avoir bien sûr un impact sur la biodiversité. Barbara Demeneix

" On a l’exemple de la Suisse qui a appliqué une taxe habitation d’à peu près 10 francs suisses soit environ 10 euros par an pour pouvoir mettre en place une meilleure purification de l'eau du robinet. On peut demander en France. On peut demander aux mairies et aux fournisseurs d’eau d’améliorer cette qualité de l’eau. Il y a des choses à faire, particulièrement dans les zones où l’utilisation d’herbicides est importante, on peut utiliser une filtration d’eau sur le robinet."

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Intervenants
  • Professeure au Muséum national d'Histoire naturelle, spécialiste des perturbateurs endocriniens
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......