LE DIRECT
Enfants dans une cour d'école

Covid-19 : faut-il vacciner les enfants ?

8 min
À retrouver dans l'émission

Depuis hier, tous les Français de plus de 18 ans peuvent recevoir leur première injection contre le Covid-19. Mais qu’en est-il des mineurs ?

Enfants dans une cour d'école
Enfants dans une cour d'école Crédits : FRANCK FIFE - AFP

Actuellement, l'autorisation européenne ouvre la vaccination à certains jeunes présentant des facteurs de risque ainsi qu’aux proches de personnes immuno­déprimées. Les Etats-Unis, eux, ont étendu la vaccination aux enfants dès 12 ans. Quel rôle jouent-ils dans la transmission du coronavirus et sont-ils à risque ? Pour en parler nous recevons la professeure Christèle Gras-Le Guen, pédiatre au CHU de Nantes, présidente de la Société Française de pédiatrie.

Les enfants et l'intérêts collectifs

Le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale devrait se prononcer prochainement pour les 16-18 ans quant à leur vaccination.

C'est quelque chose qui peut avoir un intérêt pour tous les porteurs de maladies chroniques, tous les sujets fragiles. Mais dans le cas des enfants entre 16 et 18 ans - et c'est la grande originalité de la situation - on sait déjà qu'ils n'auront pas de bénéfice individuel direct du vaccin. Pour l'immense majorité d'entre eux, ce virus n'a pas de conséquences sur leur santé.

Leur vaccination serait faite pour un bénéfice indirect et collectif et pas directement pour les patients.

Connaître la véritable cible vaccinale

Une vaccination de ce type , une première ?

À ma connaissance, oui. Ce virus est tout à fait différent de ce qu'on connaissait jusqu'à présent. C'est la première fois qu'on a affaire à un pathogène qui a un "effet âge" aussi spectaculaire, qui épargne pratiquement les nouveaux nés et les très jeunes enfants, qui commencent à circuler un peu au collège, plus largement au lycée, et encore plus chez les adultes.

C'est pourquoi je pense qu'il faut insister sur le fait qu'il ne faut pas se tromper de cible vaccinale. Le virus circule avant tout chez l'adulte et la priorité de la vaccination doit rester l'adulte. 

Intervenants
  • Pédiatre et chercheuse en épidémiologie, chef des urgences pédiatriques et du service de pédiatrie générale du CHU de Nantes, présidente de la Société française de pédiatrie
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......