LE DIRECT
Logo de TSMC, Taiwan Semiconductor Manufacturing Company, sur un smartphone. Photo prise le 31 mai 2019.

Guerre commerciale : pourquoi Trump veut-il s’emparer du leader taïwanais des puces électroniques ?

9 min
À retrouver dans l'émission

Donald Trump fait pression sur l'entreprise taïwanaise TSMC pour qu’elle localise massivement aux Etats-Unis sa fabrication de semi conducteurs, composants électroniques utilisés dans la high tech. Pourquoi les EU veulent-ils prendre la main dans ce secteur ?

Logo de TSMC, Taiwan Semiconductor Manufacturing Company, sur un smartphone. Photo prise le 31 mai 2019.
Logo de TSMC, Taiwan Semiconductor Manufacturing Company, sur un smartphone. Photo prise le 31 mai 2019. Crédits : SOPA Images / Contributeur - Getty

Dans les coulisses de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, le cas d’une entreprise taïwanaise, du nom de TSMC, symbolise parfaitement le fonctionnement de nos économies globalisées et les enjeux stratégiques des années à venir. Ce nom ne dit sans doute rien au grand public, et pourtant, les produits qu’elle fabrique se retrouvent dans la moitié des appareils de la high tech mondiale. Aujourd’hui, Donald Trump fait pression sur cette entreprise pour qu’elle localise massivement sa fabrication aux Etats-Unis. Pourquoi TSMC est-elle si désirable ? Que révèlent ces tractations ? 

Guillaume Erner reçoit Michel Fouquin, économiste, conseiller scientifique au CEPII, spécialiste du commerce international et des pays d’Asie.

TSMC, leader taïwanais d’un marché stratégique et d’avenir

La TSMC est la Taiwan Semiconductor Manufacturing Company créée il y a 37 ans et qui est leader du marché mondial de la fabrication de composants électroniques de très haute densité. C'est une entreprise qui est leader mondial en termes de technologie et en avance sur tous ses concurrents. Elle travaille pour plusieurs centaines d'entreprises de l’électronique. Elle fabrique plus de 50% de ce genre de fabrication, donc elle est dans une position de force et elle fabrique essentiellement à Taïwan même, ce qui pose problème. Michel Fouquin

" La Chine populaire estime que Taïwan fait partie de la Chine. Taïwan est un pays indépendant mais très peu de pays au monde le reconnaît. Le dernier épisode allant dans ce sens est l’éviction récente du pays de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sous la pression de la Chine. La Chine fait pression sur le reste du monde pour qu'il y ait le moins de  relations diplomatiques avec Taïwan. Donc, c'est un pays à part, un peu isolé dans le monde, mais qui a des liens économiques très importants  avec les États-Unis et la Chine."

TSMC, fleuron taïwanais source de convoitises

Dans ce qu'on appelle la miniaturisation des composants, TSMC est considérablement en avance sur ses concurrents. À l'heure actuelle, on estime qu'ils sont en avance de deux années sur les autres fabricants. Par ailleurs, ce qui a été mis en avant par Trump, c'est d'interdire à TSMC de travailler pour Huawei, un des leaders mondiaux des smartphones et un des leaders mondiaux dominants de la 5G pour les opérateurs télécoms. Michel Fouquin

" Il y a eu des contrats qui ont été passées.  Et ces contrats qui ont été signés devront être respectées. Donc TSMC va continuer encore un petit peu à fournir des choses à Huawei. Ensuite, l'étape suivante c'est que les Chinois  vont mettre les bouchées doubles pour essayer de rattraper leur retard technologique. Mais est ce que l'interdiction sera étendue à d'autres fabricants ? Pour l’heure, c'est un peu délicat parce qu'on ne peut pas non plus couper tous les clients chinois de TSMC."

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Intervenants
  • économiste, conseiller au CEPII, Centre d’Etudes Prospectives et d’Informations Internationales, auteur d’un blog sur le site du CEPPI
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......