LE DIRECT
Les taïkonautes Tang Hongbo, Liu Boming et Nie Haisheng avant le décollage de la fusée Longue-Marche 2F à Jiuquan, le 17 juin 2021.

La Chine à la conquête de l’espace : derrière le symbole, quelles ambitions ?

6 min
À retrouver dans l'émission

Jeudi 17 juin 2021, les trois astronautes chinois partis rejoindre la Station spatiale chinoise sont bien arrivés à destination. Une mission spatiale de plus pour Pékin. Vols habités, robot sur mars, exploration de la face cachée de la lune… Les avancées chinoises dans l'espace sont nombreuses.

Les taïkonautes Tang Hongbo, Liu Boming et Nie Haisheng avant le décollage de la fusée Longue-Marche 2F à Jiuquan, le 17 juin 2021.
Les taïkonautes Tang Hongbo, Liu Boming et Nie Haisheng avant le décollage de la fusée Longue-Marche 2F à Jiuquan, le 17 juin 2021. Crédits : VCG / Contributeur / Visual China Group - Getty

L’espace est un échiquier sur lequel les grandes puissances avancent leurs pions. Jeudi 17 juin 2021, les trois astronautes chinois partis rejoindre la Station spatiale chinoise sont bien arrivés à destination. Six heures de vol depuis la Chine pour s’arrimer à cette station en cours de construction, baptisée « Palais céleste ». Un pas de plus vers une conquête spatiale toujours plus concurrentielle. Mais derrière les symboles de puissance, quels enjeux, quelles ambitions ? 

Guillaume Erner reçoit Philippe Baptiste, président directeur général du CNES, Centre National d’Etudes Spatiales.

Une conquête spatiale à la chinoise

Philippe Baptiste explique que la Chine est en train de construire l'équivalent de l'ISS, c'est-à-dire la Station spatiale internationale. L'équivalent chinois est un peu plus petit, soit près du tiers de la surface de l'ISS aujourd'hui. 

C'est une station qui a pour objet avant tout de comprendre comment les astronautes vivent dans l'environnement spatial. Elle a pour objectif aussi de faire des expériences scientifiques qu'on ne peut pas mener directement sur Terre.

Voyage en solitaire

Aux États-Unis, la loi est d'interdire à la NASA de collaborer avec la Chine, qui se retrouve donc obligée à faire cavalier seul dans la conquête spatial. 

La Chine mène sa propre voie parce qu'il y a des enjeux commerciaux qui deviennent absolument considérables aujourd'hui. Mais au delà de ça, évidemment, il y a une volonté de puissance, et de positionner la Chine comme une grande puissance scientifique et une grande puissance sur l'ensemble des champs comme les États-Unis.

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Intervenants
  • président directeur général du CNES, Centre National d’Etudes Spatiales.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......