LE DIRECT
Photo de sols arides libre de droits.

La convention citoyenne peut-elle faire avancer la lutte contre le réchauffement climatique ?

7 min
À retrouver dans l'émission

La convention citoyenne pour le climat a débuté le vendredi 4 octobre 2019. Elle réunit 150 citoyens Français tirés au sort, dont la mission est d'élaborer des propositions concrètes pour lutter contre le réchauffement climatique.

Photo de sols arides libre de droits.
Photo de sols arides libre de droits. Crédits : Westend61 - Getty

Début octobre 2019, un premier week-end de travail vient de s’achever pour les membres de la convention citoyenne pour le climat. Lancée par le gouvernement, cette convention citoyenne est composée de 150 Français lambda. Tous ont été tirés au sort. D’ici fin janvier 2020, six sessions de réflexion sont prévues pour qu’ils puissent élaborer des propositions visant à lutter contre le réchauffement climatique. Après le Grand débat, place à la convention citoyenne. Nouvelle stratégie politique ou défi démocratique, comment fonctionne cette convention ? Quelles garanties offre-t-elle ?

Guillaume Erner reçoit Loïc Blondiaux, professeur de sciences politiques à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialiste des questions de démocratie et de participation citoyenne, membre du comité de gouvernance de la convention citoyenne pour le climat.

Loïc Blondiaux a notamment dirigé avec Christophe Traïni « La Démocratie des émotions » ed. Presses de Sciences Po. 

La composition des membres de la convention : une France miniature

La composition de la convention a été établie avec l'objectif que chacune et chacun soit représenté : "On a réellement tiré une France en miniature, un échantillon représentatif de la population française. [...] Il y a une représentativité territoriale, il y a toutes les professions, il y a tous les âges." Loïc Blondiaux

Dans la population française en général, il y a "28% de sans diplômes, à peu près le même pourcentage dans cette convention. On a même des gens qui ont moins de 18 ans." Loïc Blondiaux

Pour autant, ne peut-il pas y avoir un biais dans l’échantillon constitué dans la mesure où l'on peut considérer que des personnes qui ont accepté d’y participer sont intéressées par le réchauffement climatique ? Pour Loïc Blondiaux :"Une moitié seulement pensait au réchauffement climatique tous les jours. Il y a un enjeu de formation, d’information, dans cette assemblée."

Une innovation démocratique

Le recours à ce dispositif démocratique novateur est nécessaire compte tenu des efforts exigés par la lutte contre le changement climatique : "L'enjeu est phénoménal. On est dans un système politique qui n'arrive pas à traiter cette question du climat. On sait que cette question va exiger des mesures pour certaines extrêmement contraignantes qui devront être acceptées par l'ensemble de la population. Le pari ici est qu'une instance tirée au sort sera capable de produire les mesures nécessaires à cette lutte. C'est une innovation démocratique il faut tenter ça, parce que l'alternative c'est la dictature éclairée, c'est l'autoritarisme." Loïc Blondiaux

"On a une crise climatique qui menace nos sociétés et nos démocraties". Loïc Blondiaux

"Il n'est pas sûr que face aux dérèglements du changement climatique nous soyons capables de nous gouverner démocratiquement encore très longtemps." Loïc Blondiaux

Les résultats de cette convention

"À la fin, il y aura un projet de loi, et ce projet de loi le gouvernement s'est engagé à le soumettre sans filtre au parlement ou au référendum." Loïc Blondiaux

On ne peut pas pour le moment présupposer des mesures qui seront préconisées à la fin de cette consultation : "Les citoyens prendront des mesures dans le sens de l'intérêt général. Lesquelles ? On ne peut pas le savoir." Loïc Blondiaux

S'il ne veut pas provoquer des désillusions démocratiques, le gouvernement devra tenir ses engagements : "On a affaire à des citoyens qui sont incroyablement motivés, pertinents, disponibles, mais qui doutent légitimement de la promesse du pouvoir politique." Loïc Blondiaux

"Après la réponse du gouvernement, les citoyens se réuniront à nouveau pour y réagir et ça c’est important." Loïc Blondiaux

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page ou consulter la vidéo ci-dessous.

Intervenants
  • professeur de sciences politiques à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialiste des questions de démocratie et de participation citoyenne, membre du comité de gouvernance de la convention citoyenne pour le climat.
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......